vendredi, avril 19, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceL'ancien Premier ministre canadien Stephen Harper : Il faut faire face au...

L’ancien Premier ministre canadien Stephen Harper : Il faut faire face au régime iranien avec détermination

Le 1er juillet 2023, Stephen Harper, l’ancien premier ministre du Canada, s’est adressé à un auditoire lors du Sommet mondial pour un Iran libre. Tenu au siège du Conseil national de la Résistance iranienne à Auvers-sur-Oise, en région parisienne, cet événement important a vu la présence de nombreux dirigeants et législateurs mondiaux. De plus, le discours a été diffusé en direct à des dizaines de milliers de manifestants à Paris, ainsi qu’à des membres de la Résistance iranienne, atteignant des millions d’Iraniens en Iran et dans le monde.

Voici la transcription du discours du premier ministre Stephen Harper :

Présidente Radjavi, distingués invités du monde entier, Mesdames et Messieurs, et amis. N’est-ce pas formidable d’être ici en personne et de savoir que cette fois, les menaces du gouvernement terroriste de Téhéran n’ont pas été en mesure d’arrêter Free Iran 2023 ?

Amis, aujourd’hui, je veux partager avec vous trois messages. Le premier message est le suivant : le peuple iranien continue de montrer qu’il souhaite vivre dans une nation libre et démocratique. Il l’a montré une fois de plus lors de la dernière vague de protestations qui a débuté en septembre dernier et se poursuit encore aujourd’hui. Malgré la brutalité du régime, la mort de centaines de personnes et l’emprisonnement de milliers de personnes, le peuple iranien est une fois de plus descendu dans la rue pour exiger la fin de la dictature théocratique. Et les Iraniens sont tellement déterminés à faire valoir leur point de vue qu’ils s’opposent au régime de l’ayatollah, qu’ils ont pris la maison ancestrale du fondateur du régime, l’ayatollah Khomeiny, et qu’ils y ont mis le feu. C’est dire à quel point ils sont déterminés.

Chers amis, cette dernière vague de protestations a été menée par les femmes iraniennes. Mais pour être clair, ces protestations sont bien plus qu’un mouvement féministe contre le hijab. Ils sont enracinés dans plus de 40 ans de résistance organisée avec des femmes comme Maryam Radjavi jouant un rôle de premier plan. Parce que les femmes d’Iran ont compris depuis longtemps que leurs droits et leur égalité et même leur personnalité ne peuvent être réalisés qu’avec le renversement du régime et de son idéologie primitive.

Et, un autre point important: ces protestations regardent vers l’avant, pas vers l’arrière. Ils veulent la fin de la dictature théocratique de Khameneï et Raïssi, mais ils n’appellent en aucune manière à la restauration de la dictature monarchique du Shah. Comme je l’ai dit, le peuple iranien exige un État libre, constitutionnel et démocratique. C’est mon premier message.

Le deuxième, mes amis, est celui-ci: le changement est à portée de main. Ne croyez pas la propagande selon laquelle le régime est bien enraciné. Malheureusement, cette ligne ne vient pas uniquement du régime, mais aussi fréquemment de soi-disant experts politiques en Occident. Et, permettez-moi de prendre un moment pour en parler. Je suis sûr que le vice-président Pence et bien d’autres ici qui ont vécu certaines des mêmes expériences dans de hautes fonctions que moi dans un pays occidental peuvent vous dire ce que je suis sur le point de vous dire. Vous savez, vous rencontrerez ces analystes qui connaissent bien certains domaines de la politique étrangère. Mais à cause de cadres intellectuels défectueux, ils évaluent constamment mal ce qui se passera dans les affaires étrangères. L’une de ces erreurs de jugement constantes est de surestimer largement la force des régimes qui gouvernent uniquement par la force brutale et de sous-estimer largement et d’être constamment surpris par l’inévitable fragilité de ces régimes.

Nous l’avons encore vu il y a une semaine à peine avec la soudaine et brève rébellion militaire en Russie après avoir entendu dire pendant un an et demi que le président Poutine n’avait aucun mécontentement dans ces cercles. En fait, les gouvernements occidentaux commettent aujourd’hui la même erreur avec l’Iran qu’ils ont commis dans les années 1970. À l’époque, nos gouvernements nous assuraient que le régime du Shah était tout-puissant et entièrement aux commandes. Permettez-moi de vous donner quelques exemples.

Lors d’un dîner officiel en 1977, le président américain Jimmy Carter a décrit l’Iran sous le Shah, et je cite, comme « un îlot de stabilité dans la région troublée ». Un an plus tard, même la CIA rapportait que, et je cite, « l’Iran n’est pas dans une situation révolutionnaire ni même pré-révolutionnaire ». Cinq mois plus tard, le régime du Shah avait disparu avec à peine une trace.

Le régime des mollahs est beaucoup plus vulnérable que celui du Shah. Il est plus brutal, il est plus dysfonctionnel et profondément pourri de l’intérieur. La corruption fait rage dans tout le système jusqu’aux plus hauts niveaux. La pauvreté est en augmentation. Selon les médias d’État en Iran, l’inflation devrait bientôt atteindre 100 %. Bref, l’Iran est dans une situation explosive. C’est exactement comme un baril de poudre qui pourrait exploser n’importe quel jour par n’importe quel déclencheur. Rappelez-vous encore une fois qu’aucun soi-disant expert occidental n’a prédit que la mort d’une jeune femme, Mahsa Amani, entraînerait des manifestations soutenues à l’échelle nationale.

Mon troisième message, mes amis, est toujours de se rappeler qu’il existe une alternative viable au régime. Ne croyez jamais la propagande du régime, encore une fois, bien trop souvent répétée dans nos nations occidentales, selon laquelle la seule alternative au régime est le chaos. À eux, je demande, comment un changement du statu quo en Iran pourrait-il vraiment être pire ? Comment quelque chose pourrait-il être pire qu’un régime théocratique avec une idéologie apocalyptique, poursuivant sans relâche les armes nucléaires et énumérant ouvertement les nations qu’il souhaite effacer de la surface de la terre ? On pourrait être pire que ça, vraiment ? Comment cela pourrait-il être pire qu’un régime qui, au détriment des souffrances de son propre peuple, finance le terrorisme et la guerre de la Syrie au Liban et au Yémen, et de l’Irak à l’Ukraine et au-delà ? On pourrait être pire que ça, vraiment ?

Mes amis, la seule politique réaliste face à ce régime n’est pas la peur et la faiblesse, c’est la détermination et la force. Il ne s’agit pas d’assouplir les sanctions, mais de les durcir. Ce n’est pas accepter les violations des droits de l’homme, c’est les condamner. Ce n’est pas d’excuser les institutions du régime, c’est les répertorier comme agents de la terreur. Ce n’est pas d’obtenir un autre accord nucléaire pathétiquement inefficace, c’est de faire comprendre au régime que ses ambitions nucléaires ne seront jamais tolérées.

Et mes amis, ce n’est pas de renforcer les relations avec ce régime ignoble, c’est faire ce que mon gouvernement a fait au Canada : fermer les ambassades du régime à travers le monde.

Mes amis, comme je vous l’ai déjà dit, je ne suis pas ici pour dire au peuple iranien qui devrait être son gouvernement. C’est à eux de décider lors d’élections ouvertes et libres. Mais, il existe des alternatives. Je suis signataire de cette lettre ouverte soutenue par plus de 100 anciens présidents, premiers ministres et dirigeants du monde entier qui propose des recommandations politiques complètes à tous les gouvernements sur la question de l’Iran. Il met en évidence le chaînon manquant de la politique occidentale envers l’Iran. C’est l’incapacité à tendre la main à la Résistance iranienne organisée et à soutenir des alternatives viables au régime.

Il est temps de mettre fin aux décennies de silence et d’inaction de la communauté internationale qui ont contribué à alimenter une culture de violence et d’impunité parmi les mollahs et leurs sbires. Il est temps de tenir les dirigeants de la République islamique responsables de leurs crimes. Il est temps d’être solidaire avec le peuple iranien dans son désir d’un État libre, laïc et démocratique.

Mes amis, c’est l’avenir que vous, le Conseil national de la Résistance iranienne, avez constamment et inlassablement défendu. Un engagement en faveur d’élections libres, de la liberté de réunion et d’expression, du pluralisme et de l’État de droit, des droits de l’homme et de l’égalité des sexes, de la séparation de la religion et de l’État et de l’autonomie des minorités ethniques iraniennes et, bien sûr, d’un État non nucléaire en paix avec le monde. C’est votre vision et cela vaut la peine de se battre. C’est la vision de la grande majorité du peuple iranien. Ils comprennent que le régime représente une perversion des grandes traditions historiques islamiques et persanes de l’Iran.

Alors que vous poursuivez votre combat pour cette vision alternative, sachez que des millions de personnes dans le monde se tiennent à vos côtés pour vouloir voir cet avenir meilleur pour l’Iran, ses voisins et le monde.

Merci encore une fois de m’avoir reçu.