vendredi, avril 19, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIngrid Betancourt : La liberté en Iran a un visage, Maryam Radjavi

Ingrid Betancourt : La liberté en Iran a un visage, Maryam Radjavi

Ingrid Betancourt : La liberté en Iran a un visage, Maryam Radjavi

A une conférence à La Haye aux Pays-Bas, l’ancienne sénatrice colombienne Ingrid Betancourt a mis en lumière le réseau complexe de menaces et de tromperies tissé par le régime iranien, appelant à une réévaluation de la politique européenne à l’égard de l’Iran. Citant le programme terroriste du régime, Betancourt a souligné que l’ombre du régime iranien est derrière les crises en Ukraine et au Moyen-Orient.

L’ancienne candidate à la présidentielle colombienne s’est également penché sur une stratégie de communication massive du régime iranien visant à influencer l’opinion publique, à désinformer et à manipuler les institutions européennes. Elle a mis en garde contre l’infiltration du régime iranien dans les processus décisionnels, compromettant l’autonomie des nations démocratiques.

Racontant son expérience personnelle en tant que victime du terrorisme et de la prise d’otages, Mme Betancourt a expliqué comment elle a réussi à traverser le barrage de propagande et de désinformation du régime. Son parcours a abouti à une compréhension et un soutien profonds à la Résistance iranienne.

Dans son intervention, Ingrid Betancourt a déclaré: « Chers amis, chère Maryam, je pense qu’il est temps de faire un récapitulatif et d’essayer de comprendre ce qui se passe lorsque nous nous concentrons sur les conflits dans le monde, que nous regardons la Russie et l’Ukraine, que nous regardons Israël et le Hamas. Et nous devons voir l’ombre de l’Iran derrière tout cela. Et lorsque nous voyons l’ombre de l’Iran alimenter ces deux conflits afin d’étendre son pouvoir et son influence, nous devons simplement ouvrir les yeux et voir ce qui se passe en Iran.

Bien sûr, nous savons depuis quatre décennies que le régime iranien viole les droits de l’homme. Ce n’est pas nouveau, mais c’est de pire en pire. La portée terroriste de l’Iran s’étend, et elle s’étend également ici en Europe. Ils ont une emprise ici et nous ne le voyons pas. Et nous devons être capables de comprendre ce qui se passe.

En 2018, certains d’entre nous étaient en France, à Villepinte, et nous avons été, sans le savoir, victimes d’un attentat à la bombe. Les polices de Belgique, de France et d’Allemagne réussirent à faire échouer cette tentative. Ils ont arrêté les criminels et les ont condamnés à 30 ans de prison en Belgique.

Il y a quelques mois, ils ont été libérés parce que le gouvernement belge était soumis à une stratégie de chantage. L’Iran détient des citoyens innocents, des citoyens européens, afin d’avoir de l’argent en échange et de pouvoir obtenir la liberté des terroristes iraniens en Europe.

Il y a trois semaines, un de mes très chers amis et combattant de la liberté pour l’Iran, Alejo Vidal Quadras, a été ciblé par balle à bout portant, à quelques mètres de sa résidence. Il était à Madrid. Il a eu de la chance car il a survécu. Il est vivant.

Je suis allé à Madrid. J’ai parlé avec sa femme. Mais quand nous vivons la mort si près de nous, quand il ne s’agit pas de gens qui sont tués dans une partie du monde loin de là où nous sommes, mais que cela se produit ici, et que ce sont eux qui s’en prennent à nous, nous devons nous demander comment , contre toute logique et contre tout instinct de conservation, les gouvernements occidentaux ont adopté une attitude de soumission, de capitulation face au régime iranien, et ont-ils été cohérents dans une politique de complaisance envers ce régime ?

Nous savons qu’il y a quelques jours, des fils de courriels ont été divulgués à l’opinion publique. Et puis nous avons découvert qu’il existe une stratégie massive, une stratégie de communication, visant non seulement à influencer, désinformer et manipuler nos opinions publiques par rapport à l’Iran, mais, pire et plus alarmante, à infiltrer les institutions européennes et nos gouvernements afin de courber les décisions officielles de nos gouvernements, afin de les adapter aux intérêts du régime iranien.

Il s’agit d’une tentative d’obtenir deux résultats. La première consiste bien entendu à neutraliser la diplomatie européenne et américaine. Nous sommes très faibles, très, très faible. Et ils nous livrent un récit très subtil, qui vient on ne sait d’où… des journalistes, des universitaires, des gens qui se présentent comme des experts de l’Iran. Et nous savons maintenant que ces experts indépendants de l’Iran ont un maître noir dans l’ombre, et c’est le régime, qui leur verse des salaires afin d’alimenter des informations qui renverseront et dévieront les décisions prises dans nos démocraties.

Donc, ils sont vraiment très motivés et ils savent comment s’introduire dans les fibres de notre démocratie. Nous aimons être informés. Nous aimons avoir des sources indépendantes. Mais ils ont su nous faire croire qu’ils sont indépendants pour nous faire réfléchir sur le programme nucléaire en Iran, ou sur les activités terroristes de l’Iran, ou sur l’implication de l’Iran dans les conflits au Moyen-Orient, qu’il y a sont des raisons.

Et donc c’est acceptable. Alors ils nous diront, par exemple, que si l’Iran viole les droits, et surtout les droits des femmes, oh, c’est parce que c’est leur culture. Et si nous disons, eh bien, mais le programme nucléaire, c’est un problème parce que nous ne voulons pas de pays nucléaires, oh oui, mais, vous savez, ils ont le droit de se protéger.

Et si nous parlons de terrorisme, parce que nous savons que ce sont des terroristes, nous mettons en prison ces criminels payés par l’Iran, pour la plupart des diplomates iraniens, pour ce qu’ils ont fait, et ils nous disent : oh, non, non, ce sont – ce n’est pas l’Iran. Ce sont des individus et ils agissent individuellement. Et ils le font parce qu’ils sont de très bons musulmans et qu’ils veulent simplement suivre l’exemple du prophète.

Et nous sommes dans une démocratie et nous sommes formés pour être tolérants. Et cette tolérance nous amène dans des endroits où la démocratie va disparaître si nous n’y prêtons pas attention. Ce n’est pas seulement le fait qu’ils nous font un lavage de cerveau en le remarquant, mais c’est aussi qu’ils tuent l’espoir de quelque chose de différent en Iran.

Parce que le but de ce pseudo-expert n’est pas seulement de nous laver le cerveau en tant qu’opinion publique afin d’influencer un gouvernement afin qu’il fasse ce que les Iraniens veulent qu’il fasse. C’est aussi qu’ils s’attaquent à la seule organisation démocratique, l’opposition au gouvernement iranien, le Conseil national de la Résistance iranienne, l’OMPI, qui est le parti dirigé par Maryam, celui qui est la seule alternative à ce cauchemar des Ayatollahs. Et que diront-ils ? Ils nous diront que c’est une secte.

Bien sûr, nous, les femmes, savons que lorsque nous dirigeons quelque chose, il s’agit toujours de nous. C’est une secte. Quand on fait de la politique et qu’on est des femmes, c’est dur parce qu’on est toujours attaquées sur ce qu’on est et non sur ce qu’on pense. Mais ils nous diront aussi que l’OMPI ou la résistance ne sont pas une force. Ils n’ont aucun pouvoir politique. Et ils nous diront à tous qu’ils n’ont aucune présence en Iran. C’est juste quelque chose ici en dehors de l’Iran, des gens qui vivent hors du pays et qui n’ont aucune influence en Iran. Devinez quoi : Toutes les manifestations des six dernières années qui se sont déroulées en Iran, ont été présentées au peuple iranien comme le résultat de l’OMPI.

Alors regardez, ils l’ont fait – ils sont les maîtres de la tromperie. Ils nous diront à nos gouvernements que ces types n’existent même pas. Mais à l’intérieur de l’Iran, ils tueront des gens comme ceux que nous avons vu qu’ils ont tués, les manifestants, les jeunes que nous venons de voir, parce que les violations des droits de l’homme augmentent.

Et cela augmente lorsque – et avec l’allégation selon laquelle ces jeunes manifestants sont membres de l’OMPI. Je ne veux donc pas entrer dans les détails de la façon dont ils construisent ce projet. Ce que nous savons, c’est que le ministre des Affaires étrangères de l’Iran a embauché des universitaires et des journalistes, et qu’ils ont créé une sorte de visage appelé Initiative des experts iraniens, ce qui semble très bien. Et devinez quoi : Parce qu’il s’agit d’un groupe d’experts indépendants, ils ont été embauchés par nos pays et par la Commission européenne et le Parlement européen, avec nos impôts, pour leur donner des conseils sur ce que devrait être la politique européenne à l’égard de l’Iran.

Vraiment? Je veux dire, c’est ce qui se passe ? Et on laisse tomber ? Ils kidnappent notre peuple, les citoyens qui vont en Iran, les touristes, les gens sympas, les jeunes, ils vont en prison sous une fausse accusation d’espionnage, et nous ne faisons rien ?

Et puis ils viennent et nous alimentent avec de faux récits et nous pensons simplement que nous sommes très démocrates et que nous allons simplement laisser tomber parce que nous sommes tolérants ? Et ils tuent notre démocratie, et ils tuent les moyens dont nous disposons pour les affronter dans toutes les actions terroristes qu’ils nous imposent en Europe et au Moyen-Orient, et nous ne faisons rien ?

Quand j’ai découvert l’OMPI, j’ai été victime de cette désinformation, vous savez ? Je me souviens avoir dit à Maryam tant de fois que j’étais venue à une réunion avec le Conseil national de la Résistance iranienne, et le lendemain, sur mon ordinateur, toutes ces choses apparaissaient comme des informations sur l’Iran et des podcasts sur l’Iran.

Alors j’y suis allé et j’ai découvert que l’OMPI était un groupe terroriste, qu’ils étaient communistes, qu’ils étaient misogynes, wow. Je me disais, oh mon Dieu, peut-être que je n’étais pas à la place que j’aurais dû être.

Et puis je me suis dit, c’est un peu étrange, tu ne trouves pas ? Je veux dire, comment ai-je obtenu toutes ces informations ? J’aimerais comprendre de plus en plus. Et puis, probablement parce que j’avais été enlevé pendant sept ans, et probablement parce que j’avais été enlevé par une organisation communiste, et probablement parce que cette organisation communiste était une secte et était misogyne et communiste, et je pouvais comprendre et voir comment ils fonctionnaient. J’avais en quelque sorte envie d’en savoir plus parce que cela ne me semblait pas correct, ce que je voyais d’un côté et ce que je lisais de l’autre.

Donc, je sais que ce qui m’est arrivé est arrivé à beaucoup de gens. Mais ce dont je suis sûr, c’est que si ces informations sont fausses et constituent de la désinformation, il y a des choses qui ne le sont pas. Les tentatives d’attentat à la bombe ne sont pas fausses. La tentative d’assassinat d’Alejo Vidal Quadras n’est pas fausse. Ce n’est pas faux. Ce n’est pas faux, et je veux dire, je suis vraiment consterné de penser qu’Ebrahim Raïssi, qui est connu dans le monde entier, ce n’est pas nouveau, l’ONU le sait, ils ont le dossier, ils ont les archives, ils ont les preuves, les témoins, les témoignages de centaines de personnes leur disant que ce type, Ebrahim Raïssi, était l’homme de main de l’Iran pour les meurtres de masse que l’Iran a commis au fil des ans.

En 1988, 30 000 opposants politiques, pour la plupart tous membres de l’OMPI, ont tous été tués. C’était la main noire. Et il n’y a pas si longtemps, en 2019, 1 500 personnes manifestaient dans les rues. Bien sûr, l’OMPI n’est pas important, mais ils ont tué 1 500 jeunes parce qu’ils appartenaient à l’OMPI. C’était la main noire.

Et puis, en 2022, je veux dire l’année dernière, 750 jeunes ont été assassinés et 30 000 arrêtés. Et ce n’est pas faux. Et c’est vrai. Et ces gens sont en train de mourir. Et je pense que lorsque nous sommes confrontés à une telle honte, que nous ressentons en tant qu’Européens, nous avons, je veux dire, honte, honte. Parce que nous fermons la porte de notre pays à de très bonnes personnes, des musulmans venus d’autres pays. Nous leur fermons la porte. Pourquoi? »