mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceDes représentants américains appellent l’administration Biden à adopter une position plus ferme...

Des représentants américains appellent l’administration Biden à adopter une position plus ferme à l’égard du régime iranien

Des représentants américains appellent l’administration Biden à adopter une position plus ferme à l’égard du régime iranien
Congrès des États-Unis

Lors d’une session de la Chambre des représentants des États-Unis le 30 novembre, le projet de loi empêchant le régime iranien d’avoir accès de manière permanente aux 6 milliards de dollars libérés dans le cadre de l’accord d’otages a été approuvé. Lors de leurs discours, les représentants du Congrès ont qualifié le régime de principal partisan du terrorisme mondial. Ils ont souligné l’importance de mettre en œuvre des mesures pour contrecarrer les activités malveillantes de Téhéran dans la région.

Le président du comité des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis, Michael McCaul, a déclaré : « Nous sommes ici aujourd’hui parce que l’administration Biden a conclu un accord d’otages dangereux et imprudent qui met à prix chaque tête américaine dans le monde entier. Et nous avons la responsabilité envers le peuple américain de réparer ces dégâts. »

« Dans le cadre de cet accord, l’Iran aura accès à 1,2 milliard de dollars par passeport bleu. Par citoyen américain. Il est évident que cet accord incite à davantage de prises d’otages.

« En termes simples, le Moyen-Orient est en feu et les mandataires de l’Iran deviennent chaque jour plus agressifs avec des attaques croissantes, menaçant de plonger le Moyen-Orient dans une [déstabilisation] totale.

Et maintenant, l’influence [déstabilisatrice] de l’Iran s’étend au-delà du Moyen-Orient : ils continuent de fournir des drones meurtriers à la Russie, soutenant ainsi leur guerre d’agression en Ukraine.

Le président McCaul s’exprime sur « l’absence de financement de la loi sur le terrorisme iranien » à la Chambre | 30 novembre 2023

Qualifiant le régime iranien de plus grand État soutien au terrorisme dans le monde, le leader de la majorité parlementaire américaine, Steve Scalise, a également déclaré : « Le président iranien vous a déjà dit ce qu’il allait faire avec les 6 milliards de dollars. L’administration Biden dit : « Ne vous inquiétez pas, tout est question d’aide humanitaire. » Le problème est que ceux qui vont recevoir les 6 milliards de dollars ne le disent pas. Le président iranien lui-même a déclaré à la télévision [NBC] : « Cet argent appartient à la République islamique d’Iran. Et nous déciderons naturellement, la République islamique d’Iran décidera de le dépenser là où nous en avons besoin. »

Chairman McCaul Speaks On "No Funding For Iranian Terror Act" On House Floor | November 30, 2023

« Dieu merci, dans cette Chambre, nous allons procéder à un vote et nous allons adopter ce projet de loi. Et j’espère qu’il s’agira d’un vote bipartite écrasant pour l’envoyer au Sénat et aider à réveiller nos amis du Sénat pour qu’ils disent que c’est une position sur laquelle nous devrions nous exprimer, car ils n’ont toujours pas compris quoi faire du financement pour l’Iran. » a ajouté M. Scalise.

Mike Garcia, membre des commissions du budget et de l’information du Congrès, a déclaré dans son discours qu’il ne devrait pas être nécessaire d’adopter un projet de loi du Congrès pour empêcher le président des États-Unis d’envoyer 6 milliards de dollars au régime iranien, considéré comme le principal partisan du terrorisme à l’échelle mondiale. M. Garcia a mentionné que, selon le gouvernement américain, les fonds sont destinés uniquement à des fins humanitaires, faisant une analogie avec le fait de fournir de l’argent à un toxicomane dans l’espoir qu’il l’utilisera pour acheter de la nourriture.

Au cours de son discours, la représentante américaine Young Kim a déclaré : « Je soutiens fermement la loi H.R. 5967, la loi interdisant les fonds destinés au terrorisme iranien, pour empêcher l’Iran d’accéder aux 6 milliards de dollars d’actifs qui ont été dégelés en septembre. Ce projet de loi impose des sanctions aux institutions financières internationales qui traitent, participent ou facilitent des transactions utilisant ou impliquant les 6 milliards de dollars d’actifs iraniens non gelés qui ont été transférés de la Corée du Sud au Qatar en échange de cinq otages détenus en Iran en septembre.

« Nous voyons également désormais des milices mandatées par l’Iran et des organisations terroristes mener des attaques contre les troupes et les ressources militaires américaines en Syrie et en Irak. Le Congrès doit prendre des mesures énergiques pour renforcer notre politique de sanctions et empêcher l’Iran d’accéder à des actifs qu’il pourrait utiliser pour mener à bien son programme terroriste à travers le Moyen-Orient », a conclu Mme Young.

La représentante Young Kim soutient l’absence de fonds pour le terrorisme iranien. Loi visant à geler 6 milliards de dollars d’actifs iraniens

Qualifiant le régime iranien de « plus grand État soutien au terrorisme dans le monde », le représentant August Pfluger a déclaré lors de son discours : « La seule monnaie reconnue par le régime iranien est la force, ce que l’administration n’a pas démontré. »

« Il s’agit d’un moment décisif qui exige une réponse résolue », a-t-il ajouté. « Les États-Unis doivent accroître la pression sur le régime iranien en lui interdisant l’accès aux fonds à l’étranger. La dissuasion est la clé du jeu », a ajouté le député Pfluger.

Dans un communiqué de presse publié le 1er décembre, le membre du Congrès américain Daniel Webster a exprimé son soutien à la loi H.R. 5961, la loi interdisant le financement du terrorisme iranien, déclarant : « En tant que plus grand État soutenant le terrorisme au monde, l’Iran est un adversaire avéré des intérêts américains, des relations internationales, de la sécurité et les valeurs universelles de liberté. Cette législation garantit le gel de ces fonds, empêchant ainsi que des milliards de dollars n’atteignent l’Iran et ne soient utilisés pour soutenir des organisations terroristes. »