mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: Droits humainsAriel E Dulitzky : le parallèle entre les massacres en Iran et...

Ariel E Dulitzky : le parallèle entre les massacres en Iran et en Argentine

Ariel E Dulitzky : le parallèle entre les massacres en Iran et en Argentine

Ariel E Dulitzky, ancien Rapporteur du Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées ou involontaires (2013-2015), est intervenu à la conférence internationale sur le massacre de 1988 en Iran, tenue le 3 juillet au siège du CNRI à Auvers sur Oise.

M. Dulitzky a attiré l’attention sur la réalité déchirante des disparitions forcées, établissant des parallèles entre les tragédies observées en Iran et l’histoire douloureuse des disparitions dans son pays natal, l’Argentine. Avec une perspicacité et une émotion profondes, il a rappelé à la conférence que les disparitions ne sont pas simplement des événements du passé, mais des crimes contre l’humanité en cours qui exigent notre action collective et notre quête de justice.

Dans son intervention, Ariel Dulitzky a déclaré :
Je veux commencer par deux chiffres que nous avons entendus cet après-midi. Le premier est 30 000. 30 000 victimes du massacre. Et je veux faire le lien entre les 30 000 disparus dans mon pays, en Argentine, pendant la dictature. 30 000 personnes ont disparu sous la dictature entre 1976 et 1983. Parmi les disparus se trouvaient deux de mes cousins, Tilly et Moni. L’un a disparu en 1977, l’autre en 1976.

Il n’y avait pas à cette époque de groupe de travail des Nations unies sur les disparitions forcées. En fait, les mères et les grands-mères de la Plaza de Mayo ont poussé à la création d’une telle procédure spécialisée qui a été créée en 1980.

En 1980, lorsque la première procédure spéciale thématique de l’ONU a été créée, le Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées était connu sous le nom de Groupe de travail argentin. Et quand les défenseurs argentins essayaient de pousser l’ONU pour créer ce groupe de travail, l’ambassadeur de la dictature militaire poursuivait ces défenseurs des droits de l’homme dans les couloirs des Nations Unies. Et leur courage, semblable au vôtre, a conduit à la création de ce groupe de travail des Nations Unies.

Mais laissez-moi vous dire l’autre chiffre que je veux partager avec vous : 35. Cette année, c’est le 35e anniversaire du massacre de 1988. Permettez-moi de vous raconter ce qui s’est passé lors du 35e anniversaire du Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées.

Qu’est-ce qu’une disparition
En 2015, j’étais le président-rapporteur du Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées, le premier Argentin à occuper ce poste. Et nous avons pu nous retrouver, pour célébrer les 35 ans d’existence du groupe de travail dans l’ancien centre de détention en Argentine, l’ESMA.

Cinq mille personnes y sont passées, la plupart ont été torturées et la plupart ont été tuées. Et 35 ans plus tard, j’étais assis là pour représenter les Nations Unies au nom de toutes les victimes de disparitions forcées. Il y a de l’espoir, continuons à nous battre.

Laissez-moi vous dire que quand on parle de disparitions, on ne parle pas de vos disparitions. Nous ne parlons pas de leurs disparitions. Nous parlons de nos disparitions. Nous sommes tous responsables de l’élucidation des disparitions de tout le monde.

Qu’est-ce qu’une disparition ? La disparition est la privation de liberté par un agent de l’État, suivi du déni de toute information sur le sort ou le lieu où se trouvent les personnes disparues. C’est exactement ce qui s’est passé dans les histoires que nous avons entendues, dans les histoires que vous avez partagées avec nous, dans les histoires qui ont été jugées dans l’affaire suédoise.

Plus important encore, malgré le fait que j’ai commencé avec des chiffres, ce ne sont pas des chiffres. Ce sont de vraies personnes. Ils étaient pères et mères. Ils étaient filles et fils. Ils étaient épouses et maris. Ils étaient amis, comme nous l’avons entendu. Ils ont tous des espoirs. Ils ont tous des idées. Alors quand on répète 30 000 personnes, souvenez-vous des 30 000 individus qui ont disparu et de leur propre humanité.

Commençons par la définition de la disparition forcée. Chaque disparition forcée est un crime d’État. Parce qu’il est effectué par des fonctionnaires de l’État. Ainsi, lorsque nous traitons de disparitions forcées, nous traitons de crimes d’État.

Permettez-moi de vous dire que souvent, lorsque nous devons parler de disparitions forcées, ils nous disent que les disparitions sont une question du passé. Ils sont une question sur les dictatures d’Amérique latine, ou ils concernent ceux qui ont disparu en 1988 en Iran.

Et bien non. La disparition, une disparition forcée, est une question du présent, pour deux raisons.

Le premier, et le plus important, pour tous les proches des personnes disparues en 1988, la disparition forcée est un crime continu. Cela continue jusqu’à ce que le sort et l’endroit où se trouve la personne disparue soient clarifiés jusqu’à ce que les familles reçoivent des informations sur ce qui s’est passé avec leurs proches jusqu’à ce que les corps de ceux qui ont disparu soient rendus à leurs familles afin qu’ils puissent donner un enterrement convenable et qu’ils aient un lieu où ils peuvent se souvenir et rendre hommage. Jusque-là, les crimes continuent d’être commis chaque jour.

Mais deuxièmement, ce n’est pas une question du passé, car aujourd’hui, il y a des disparitions qui se produisent dans différentes parties du monde. En fait, dans mon dernier discours, j’ai pointé du doigt tous les représentants de l’État qui siégeaient au Conseil des droits de l’homme et j’ai dit, je suis assis ici depuis trois heures. Au cours de ces trois heures, au moins dix personnes ont disparu dans l’un de vos pays, selon nos propres statistiques. Donc c’est une question de présent aussi parce qu’aujourd’hui on utilise encore les disparitions forcées.

Et nous avons entendu parler de crimes contre l’humanité et de génocide. Lorsque la disparition est commise dans le cadre d’une attaque généralisée contre la population civile, c’est un crime contre l’humanité. Et je considérerais probablement que ce qui s’est passé en 1988, et certainement ce qui s’est passé pendant la dictature militaire en Argentine, étaient des crimes contre l’humanité. Et les disparitions pourraient aussi faire partie d’un génocide.

Malheureusement, la définition internationale du génocide n’inclut pas les idées politiques ou la persécution de personnes en raison d’idées politiques, mais cela n’exclut pas la possibilité d’envisager d’autres motifs pour considérer que les disparitions faisaient partie d’un génocide. Mais peu importe si nous définissons cela comme un génocide ou des crimes contre l’humanité, les disparitions forcées sont une technique de terreur.

Ce que les régimes entendent faire lorsqu’ils pratiquent les disparitions, c’est terroriser la population civile. Les gens et leurs proches ne savent pas si leurs proches sont vivants ou non, s’ils sont torturés ou non, s’ils sortent et réclament la réapparition de leurs proches, ils ne savent pas s’ils mettent leurs proches plus à risque ou non, s’ils entraveront ou non les possibilités d’être libérés.

Et permettez-moi de vous dire que nous en avons le chiffre de 30 000, mais lorsque nous parlons de disparitions forcées, les victimes sont bien plus nombreuses. Les victimes ne sont pas seulement celles qui disparaissent. Les victimes sont tous vos proches de ceux qui ont disparu. Parce que selon le droit international, selon la Convention internationale sur les disparitions forcées, une victime n’est pas seulement la personne qui disparaît mais toute autre personne qui subit un préjudice du fait d’une disparition.

Ainsi, lorsque nous parlons de disparitions, nous parlons de beaucoup plus de personnes que de celles qui disparaissent. Et quand on entend parler aujourd’hui du droit à la vérité, de la poursuite des responsables, ce n’est pas quelque chose qui vous est donné. C’est un droit que vous avez. C’est un droit d’obtenir justice. C’est un droit de demander des comptes. Et dans les cas de disparitions forcées, l’enquête pénale et l’enquête sur les auteurs devraient couvrir deux choses.

L’un est la responsabilité pénale, et nous avons entendu parler de l’affaire norvégienne [suédoise]. C’est très important. Mais deuxièmement, et probablement plus important, il faut enquêter sur le sort de ceux qui ont disparu. Nous devons savoir ce qui s’est passé et où ils se trouvent. Et c’est essentiel dans le cas des disparitions forcées.

Le proche a droit à la vérité, à savoir ce qui s’est passé, pourquoi c’est arrivé, qui l’a fait, pourquoi ils l’ont fait, qui l’a ordonné, qui l’a dissimulé et qui a fourni tous les éléments pour garantir que ce crime a été perpétré par l’État.

Et permettez-moi de terminer en disant que la communauté internationale a un rôle à jouer pour coopérer, pour enquêter, et un rôle à jouer pour forcer tout régime à enquêter.

Et je terminerai en évoquant un écrivain argentin, Julio Cortazar, qui, lors du premier séminaire sur les disparitions forcées en 1980, a dit dans une salle remplie principalement d’avocats et de diplomates, mais aussi de proches des disparues : nous sentons aujourd’hui dans cette salle la présence silencieuse de ceux qui ont disparu. Ils nous interrogent. Ils nous demandent des solutions. Et pour moi, la solution, c’est ce que nous a dit la mère d’un disparu au Pakistan : elle nous a demandé, aux membres du groupe de l’ONU, que feriez-vous si la personne qui a disparu était votre fille ?

C’est ce que nous voulons que la communauté internationale fasse. Que pourrait faire chacun des diplomates, chacun des gouvernements, chacun des présidents et chacun des ministres des affaires étrangères si leur fille était la personne qui a disparu ?

Lorsque tout le monde sera en mesure de répondre à cette question de bonne foi, nous parviendrons à vaincre l’impunité.