jeudi, juin 20, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsCraignant les protestations, le régime iranien intensifie les mesures répressives

Craignant les protestations, le régime iranien intensifie les mesures répressives

Craignant les protestations, le régime iranien intensifie les mesures répressives

Samedi, Hassan Karami, le commandant des unités spéciales anti-émeutes du régime iranien, a révélé la l’angoisse du régime face à la révolution démocratique iranienne, qu’il a qualifiée d' »émeutes« .

« Notre objectif est de couvrir au moins 400 villes et régions du pays pour contrer les émeutes et les mouvements supposés de l’ennemi. Nous devrions doubler notre capacité pendant le [Nouvel An persan] 1402 », a-t-il déclaré dans les médias le 25 mars.

De plus, dans son discours annuel de Norouz, le chef suprême du régime, Ali Khamenei, a prétendu que lui et son régime avaient « giflé » les « émeutiers » et qu’ils recommenceraient à l’avenir face d’autres « incidents ».

Malgré la rhétorique de « victoire sur les émeutes », Karami a implicitement reconnu la volatilité de la société et qu’au moins 400 villes et régions sont au bord de l’explosion. Deuxièmement, en promettant de doubler les unités et les installations anti-émeutes, Karami a admis que les futures manifestations seraient plus étendues et constitueraient une plus grande menace existentielle pour le régime.

Pourquoi Karami fait-il une remarque aussi contradictoire sur l’oppression de la manifestation nationale et affiche une telle peur des manifestations futures ?

La réponse se trouve dans la rue en Iran, qui a été le foyer de manifestations et de scènes de bravoure de la jeunesse rebelle, malgré la sévère répression du régime et les tentatives de détourner la révolution en devenir de son cours principal et de l’objectif du changement de régime.

En outre, les courageuses « Unités de résistance » des Moudjahidine-du peuple (MEK, OMPI), ou « l’ennemi » dont parle Karami, ont entretenu le feu des protestations grâce à leurs activités à travers l’Iran.

Les unités de résistance du MEK défilent dans les villes iraniennes et scandent des slogans anti-régime.

Vendredi, les chefs de la prière du vendredi, de porte-paroles de Khamenei, ont exprimé leur crainte du rôle de premier plan du MEK dans les manifestations.

« L’arrogance mondiale a toujours cherché à détruire la République islamique en utilisant divers stratagèmes pour déclencher des émeutes et faire des guerres…. Ils ont essayé d’accroître l’insécurité par les activités du MEK en 2009, comme ils l’ont fait à nouveau à l’automne dernier », a déclaré Kazem Sedighi, le chef de la prière du vendredi de Téhéran, le 24 mars, essayant de présenter le MEK et son réseau comme des agents étrangers.

La commission de sécurité et de lutte contre le terrorisme du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a révélé une directive classifiée de l’Organisation de sécurité sociale des forces armées (SATA) pour la création d’équipes de répression à déploiement rapide de 22 personnes, les armant et les approvisionnant avec des fonds de participation économiques du Basij en vigueur dans les départements de l’industrie pétrochimique du Fars et de l’Azerbaïdjan oriental.

« Les unités locales Basij… formeront des équipes de déploiement rapide de groupes de 22 personnes, qui opéreront dans les départements des provinces du Fars et de l’Azerbaïdjan oriental situés dans les industries pétrochimiques de Tabriz et Shiraz, en utilisant les forces des mêmes industries pétrochimiques. Les unités fourniront également les permis nécessaires à cette initiative », indique le document.

Un autre document confidentiel obtenu par la Résistance iranienne auprès de l’Organisation de sécurité sociale des forces armées du régime – Protection du renseignement, rapporte l’octroi de récompenses de 10 millions de rials à 400 membres des unités spéciales anti-émeute.

« Le rôle des agents désintéressés de l’unité spéciale des forces de sécurité de l’État, présents sur les lieux des conflits depuis le premier jour de ces troubles, était indéniable et méritait d’être reconnu de manière appropriée. Par conséquent, il est suggéré que des coupons d’une valeur de 10 millions de rials soient remis à 400 membres du personnel de l’unité spéciale », indique le document.

L’avertissement de Karami au peuple iranien et les documents récents obtenus par la Résistance iranienne indiquent une fois de plus que les mollahs recourent à plus de violence dans le but de préserver leur emprise sur le pouvoir.

Mais la poursuite des manifestations à travers l’Iran montre que l’oppression a un effet inverse et encourage les gens à poursuivre leurs manifestations. L’échec de la répression systématique du soulèvement national dans un pays où toute la sécurité est conçue pour étouffer les manifestations souligne également le succès d’un mouvement de résistance organisé qui ne se pliera pas à la tyrannie.