mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsPourquoi des milliers de personnes en Iran abandonnent leurs nouveau-nés ?

Pourquoi des milliers de personnes en Iran abandonnent leurs nouveau-nés ?

Pourquoi des milliers de personnes en Iran abandonnent leurs nouveau-nés ?

Les nouveau-nés apportent de la joie à la famille. Certains les considèrent comme un morceau de paradis sur terre. Une mère endure la douleur pendant neuf mois pour avoir son bébé, qu’elle considère comme l’amour de sa vie. Mais les nouvelles en provenance d’Iran indiquent que la pauvreté et la faim causées par le régime corrompu au pouvoir forcent certaines mères à abandonner leurs nouveau-nés dans la rue, car elles n’ont pas les moyens de les nourrir, de les élever et de les garder en bonne santé.

Des centaines de vidéos déchirantes ont récemment circulé sur les médias sociaux, montrant des nouveau-nés abandonnés dans la rue dans des sacs en plastique dans une douzaine de villes iraniennes. Ces bébés ont ensuite été transférés dans des hôpitaux locaux, mais on sait peu de choses sur leur sort.

Le 28 mai 2022, les médias officiels iraniens ont rapporté que plus de 5 000 nouveau-nés avaient été retrouvés à travers l’Iran en moins de dix jours. Cette tragédie s’est produite alors que le régime des mollahs a approuvé et fait la promotion du soi-disant « Plan de population des jeunes. »

« Le plan n’a pas facilité le mariage des jeunes et ne parvient pas à améliorer la qualité de vie de la population car les autorités doivent créer un bien-être pour la population afin d’encourager le mariage et la procréation. Il n’existe pas de véritables incitations à la procréation, et les personnes qui essaient d’avoir des enfants dans l’espoir de ces incitations restent à la charge de la naissance et de l’éducation de leur enfant. Au bout du compte, elles tentent d’avorter ou abandonnent leurs bébés dans la rue », a déclaré Mohammad Reza Mahboubfar, un pathologiste iranien, cité par le site Internet officiel Roydad-e 24.

Mahboubfar souligne que les autorités ont provoqué la multiplication du taux d’avortement en approuvant ce plan. Et au lieu de fournir un environnement sûr pour l’avortement, elles poursuivent les mères qui ont l’intention de le faire légalement. Ainsi, de nombreuses femmes iraniennes tentent de se faire avorter illégalement, ce qui augmente les risques pour la santé.

Beaucoup pensent que la célèbre phrase d’Ernest Hemingway « À vendre : chaussures de bébé, jamais portées » est l’histoire la plus courte et pourtant la plus triste. Mais de nombreuses publicités sur les murs à travers l’Iran montrant des parents vendant leurs bébés à naître blessent profondément tout être humain. Les murs du pays sont couverts de milliers d’annonces de personnes vendant leurs enfants à naître ou des parties de leur corps, en raison du régime malveillant et corrompu du pays.

En décembre 2021, les médias officiels iraniens ont reconnu certains faits concernant cette tragédie qui a montré le visage sinistre de la pauvreté en Iran.

« Au cours des six derniers mois, nous avons constaté une augmentation des ventes de nourrissons dans tout le pays« , a déclaré le 18 décembre 2021 Habibollah Massoudi, adjoint aux affaires sociales de l’Organisation de la protection sociale, cité par le site Web public Tabnak.

Massoudi a reconnu que de nombreuses femmes iraniennes vendent en prévente leurs bébés à naître pour aussi peu que 1 000 000 rials, soit 3 dollars !
« Il y a six mois, une petite annonce à Téhéran m’a frappé comme un éclair : « Nous vendons notre garçon à naître ». J’ai appelé le numéro et j’ai joint un jeune couple qui avait mis aux enchères son fœtus de 5 mois », a reconnu le site officiel Jam-e Jam dans une histoire tragique en 2015.

Selon ce rapport, les parents ont finalement pu vendre leur bébé inestimable pour 50 000 000 rials, soit environ 152 dollars. « Nous avions de grands espoirs de construire une belle famille, mais nous ne pouvions pas. Nous avons essayé tous les emplois, mais en vain. Nous ne voulions pas ruiner la vie de notre fils », ont déclaré les parents au journaliste de Jam-e Jam.

En avril 2022, des photos publiées sur les médias sociaux montraient Zahra Moshir, l’épouse du président du parlement du régime iranien, Mohammad Bagher Qalibaf, et deux autres compagnons revenant de Turquie, identifiés comme étant sa fille, Maryam Qalibaf, et son mari, Mohammad Reza Bahiraei.

Ils sont arrivés à Téhéran en provenance d’Istanbul avec 19 bagages, dont une cargaison volumineuse et coûteuse d’articles pour bébé destinés à leur futur enfant. Cette nouvelle a suscité beaucoup d’émoi dans la société, les internautes la qualifiant de « baby stuff-gate« .

C’était le dernier cas, et non le moindre, d’informations sur des parents de responsables du régime menant une vie somptueuse. Des photos d’enfants des plus hautes autorités iraniennes conduisant des voitures luxueuses ou portant des vêtements et des bijoux coûteux circulent en ligne.

En raison de la corruption, de l’incompétence et de la mauvaise gestion du régime, les Iraniens sont aux prises avec une grave calamité financière. L’inflation dépasse les 40 %, des millions de personnes sont au chômage, les enfants cherchent de la nourriture dans les poubelles, les femmes se tournent vers la prostitution pour gagner leur vie, et certaines vendent des parties de leur corps ou des bébés à naître pour « survivre ».

Personne ne profite de la vie en Iran sous le régime des mollahs, où les autorités encouragent la population à vivre dans l’austérité tout en pillant les richesses nationales et en les dilapidant pour financer le terrorisme ou leurs propres proches.

Les manifestations en cours dans tout le pays, organisées par des personnes de tous horizons, montrent un autre aspect du peuple iranien, pauvre mais courageux. Les manifestants pointent haut et fort l’origine de leurs problèmes lorsqu’ils scandent des slogans contre les responsables du régime. Et c’est ce qui effraie le plus le régime.

« Les responsables devraient quitter leur vie luxueuse avant d’inviter les Iraniens à l’austérité économique. Nous ne pouvons pas empêcher les prix d’augmenter en donnant des ordres. L’inflation ne croit pas à ces mots et continue d’augmenter. Le système en place porte l’entière responsabilité de la situation actuelle de la population », écrivait à ce sujet le 6 juin le quotidien officiel Mostaghel.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe