mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsL'exécution de Navid Afkari: conséquences pour le régime iranien

L’exécution de Navid Afkari: conséquences pour le régime iranien

Le régime iranien a exécuté samedi Navid Afkari, un champion de lutte de 27 ans, au mépris des appels de la communauté internationale à mettre fin à cette exécution. Quelles sont les conséquences pour le régime? L’exécution de Navid indique-t-elle la position de force du régime?

Pour répondre à ces questions, il est nécessaire de comprendre les piliers de l’existence du régime, qui ne sont rien d’autres que la répression en interne et l’exportation du terrorisme à l’étranger. Le bilan du régime en tant que premier exécutionneur par habitant dans le monde et plus grand État commanditaire du terrorisme témoigne de son besoin vital d’exécuter et d’exporter le terrorisme.

Le régime intégriste, en raison de sa structure économique défaillante et de sa corruption institutionnalisée, ainsi que ses politiques bellicistes, n’est ni disposé ni capable de résoudre les griefs économiques et sociaux de la population. Ainsi, la société iranienne est devenue une poudrière et les deux récentes manifestations majeures en Iran en 2018 et novembre 2019 en témoignent.

Par conséquent, pour contrôler cette société agitée, en particulier après le soulèvement de novembre qui a ébranlé les fondations du régime, les mollahs ont multiplié les exécutions. L’exécution de Navid Afkari, et avant lui Mostafa Salehi qui a également été arrêté lors des manifestations nationales en Iran en 2018, vise donc à contrecarrer un autre soulèvement et à intimider le public.

Ces exécutions sont la continuation de la répression brutale par le régime des deux soulèvements de 2018 et de novembre 2019, ce dernier à une échelle beaucoup plus grande avec plus de 1500 martyrs. Ces exécutions et l’oppression des deux soulèvements sont conformes à la frénésie meurtrière du régime des années 80, qui a atteint son apogée à l’été 1988 lorsque plus de 30 000 prisonniers politiques ont été exécutés en quelques mois. L’échec de la communauté internationale à tenir le régime responsable de ses violations des droits de l’homme, principalement le massacre de 1988, a conduit le régime à jouir d’une impunité de longue date, poursuivant ainsi sa brutalité et ses violations des droits de l’homme.

Pourtant, il y a une différence entre l’oppression du régime aujourd’hui et dans les années 80. Dans les années 80, le régime a exécuté et torturé des personnes à l’échelle de milliers, mais le monde est resté silencieux. Mais maintenant, l’exécution de Navid a été suivie d’une énorme réaction internationale. C’est principalement à cause des deux récents soulèvements glorieux du peuple iranien et des quatre décennies de résistance iranienne à dénoncer les violations des droits de l’homme du régime.

Les conséquences et l’issue pour le régime

L’exécution de Navid Afkari, avec ses condamnations internationales et nationales croissantes, augmentera la haine du public en Iran envers le régime et l’isolement des mollahs sur la scène internationale.

Le régime iranien était pleinement conscient de ces résultats. Alors pourquoi a-t-il quand même exécuté Navid? La réponse est simple: craignant un soulèvement imminent qui pourrait renverser le régime, les mollahs ont dû exécuter Navid, dans une tentative désespérée de contrôler la société. D’un autre côté, le régime avait une fois succombé à une campagne internationale et nationale et interrompu temporairement l’exécution de trois jeunes hommes arrêtés lors des manifestations de novembre. Si les mollahs avaient également été forcés d’arrêter l’exécution de Navid, cela aurait démoralisé leurs forces oppressives.

Au sujet du résultat de cette exécution criminelle et du devoir de la communauté internationale, Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), a déclaré:

«La jeunesse courageuse d’Iran se lèvera en solidarité avec le peuple héroïque de la province du Fars et pour protester contre l’exécution indue de Navid Afkari. L’Iran pleure Navid et partage le chagrin de la famille Afkari alors que le monde est choqué par Khamenei et la barbarie du régime clérical. Le fascisme religieux au pouvoir en Iran ne peut pas survivre un jour sans exécutions, torture et répression domestique. En versant le sang de jeunes comme Navid Afkari, les mollahs cherchent à maintenir leur emprise sur le pouvoir face aux manifestations iraniennes. L’exécution de Navid Afkari, cependant, ne fera qu’alimenter les flammes du soulèvement du peuple iranien et enverra le régime des mollahs à la poubelle de l’histoire. »

«Le Conseil de sécurité des Nations Unies et ses États membres, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, l’Union européenne et toutes les autorités internationales des droits de l’homme doivent prendre des mesures pratiques et efficaces contre le régime iranien pour l’exécution de Navid Afkari et 120 000 autres exécutés pour des motifs politiques. Le silence et l’inaction donnent le feu vert et sont interprétés comme une complicité dans ces crimes », a-t-elle ajouté.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe