jeudi, juin 20, 2024
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLa nouvelle politique pour l’ essence met la vie des Iraniens en...

La nouvelle politique pour l’ essence met la vie des Iraniens en danger

La nouvelle politique pour l’ essence met la vie des Iraniens en danger

Suite aux déclarations du ministre du Pétrole Javad Owji le 12 avril concernant le début de la production d’essence à partir de méthanol par des produits pétrochimiques, Hamidreza Hajibabaee, chef de la Commission d’intégration budgétaire, a également approuvé un contrat de 2,7 milliards de dollars avec des produits pétrochimiques pour la production d’essence.

L’essence méthanol présente de graves dangers en raison de sa nature toxique et de ses propriétés de combustion uniques. Il contient des niveaux élevés de méthanol, une substance hautement inflammable et toxique qui, lorsqu’elle est brûlée, libère des sous-produits nocifs comme le formaldéhyde. Cela peut entraîner des problèmes de santé et une pollution de l’environnement. La densité énergétique plus faible du méthanol par rapport à l’essence traditionnelle entraîne également une combustion incomplète, entraînant une augmentation des émissions de monoxyde de carbone et d’oxydes d’azote et une détérioration de la qualité de l’air.

Faisant référence à la consommation quotidienne de 123 à 124 millions de litres d’essence au cours de l’année écoulée, Hajibabaï a déclaré le 5 mai : « L’année dernière, le gouvernement a importé pour 2 milliards de dollars d’essence pour répondre aux besoins du pays, ce qu’il fera probablement de même cette année. »

Les déclarations du ministre du Pétrole et ce parlementaire suggèrent une position résolue du régime des mollahs en faveur de l’utilisation de l’essence dérivée de la pétrochimie.

La production d’essence à partir de sources pétrochimiques a commencé il y a environ 12 ans. Suite à l’embargo sur les exportations d’essence vers l’Iran en 2010, le gouvernement de Mahmoud Ahmadinejad s’est tourné vers la pétrochimie comme alternative à la production traditionnelle d’essence. Cette essence d’origine pétrochimique, essentiellement des boosters d’octane ou de l’essence reformulée, était fabriquée par des sociétés telles que Shazand, Jam, Barzumiyeh, Amir Kabir, Bandar Imam et Bou Ali Sina.

Même si cette initiative semblait répondre aux défis posés par l’embargo sur l’essence, elle a entraîné des inconvénients importants. Bien qu’elle ait débuté sous le mandat d’Ahmadinejad, l’utilisation de l’essence pétrochimique a persisté jusqu’à la présidence de Hassan Rohani.

En 2012, mettant en garde contre le projet du gouvernement de produire de l’essence à partir de méthanol, Ahmad Nematbakhsh, secrétaire de l’Association des constructeurs automobiles, a déclaré : « Utiliser de l’essence avec une méthode de production de 35 % de méthanol comporte un risque de cécité. »

En janvier 2014, faisant référence à l’augmentation quotidienne de 22 décès à Téhéran, Rahmatollah Hafezi, chef du comité de santé du conseil municipal de Téhéran, a déclaré : « Le carburant pétrochimique crée 35 fois plus de pollution atmosphérique par le benzène que la normale, et après sa production de carburant pétrochimique, nous avons constaté que des villes comme Qom et Kashan étaient également polluées. »

Le 23 mars, Jalil Salari, le PDG de la Société nationale de raffinage et de distribution, a annoncé la production d’essence dans le pays, sans donner de détails, indiquant une production quotidienne de 104 à 112 millions de litres. Le ministère du Pétrole et ses organisations affiliées ont également suspendu pendant longtemps la publication de statistiques.

Selon les rapports sur les activités des raffineries productrices d’essence l’année dernière, la raffinerie de pétrole de Lavan a produit 742 millions, la raffinerie de pétrole de Tabriz 925 millions, la raffinerie de pétrole de Téhéran 1,68 milliards, la raffinerie de pétrole de Bandar Abbas 3,12 milliards et la raffinerie de pétrole d’Ispahan 3, 34 milliards de litres d’essence. La production totale des cinq raffineries a diminué d’environ 3 pour cent par rapport à 2022.

Les dernières statistiques sur la production d’essence à la raffinerie de pétrole Shazand à Arak remontent à 2022, qui s’élevaient à 3,74 milliards de litres. Les statistiques de production d’essence à la raffinerie de pétrole d’Abadan remontent à 2021, qui s’élevaient à 1,96 milliard de litres. Et finalement, le principal producteur d’essence iranien, à savoir la raffinerie Persique Gulf Star, qui n’a pas mis à jour ses statistiques depuis 2021, a produit plus de 9 milliards de litres d’essence en 2021.

Le total de ces chiffres s’élève à environ 24,57 milliards de litres, soit environ 20 milliards de litres de moins que la consommation annuelle du pays.

Le rapport de performance de cinq raffineries confirme la déclaration de Hajibabaï sur l’échec des exportations d’essence en 2023. Cependant, il s’est demandé où se trouvaient les deux milliards de dollars d’essence importés l’année dernière. Ces importations, totalisant 66,204 millions de dollars, constituent environ 3 pour cent des importations totales.

Le ministère du Pétrole et la Société nationale de distribution ont cessé de publier des statistiques, ce qui rend difficile la vérification des allégations d’importations d’essence d’une valeur de deux milliards de dollars. Alors que Hajibabaï affirme que l’essence a été importée l’année dernière pour une valeur de deux milliards de dollars, Nasser Ashoori, secrétaire du Syndicat des employeurs de l’industrie du raffinage, affirme que le chiffre s’élève à trois milliards de dollars.

Hajibabaï affirme que deux milliards de dollars d’essence devraient être importés en 2024. Pourtant, le projet de loi budgétaire de la nouvelle année révèle des importations de 4,1 milliards de dollars d’essence pour l’année en cours. Cet écart reste non résolu en raison du manque de données accessibles, y compris les registres douaniers.

Dans la situation actuelle de l’Iran, produire de l’essence à partir de méthanol semble répondre simultanément à plusieurs objectifs. Les entreprises pétrochimiques, créées dans les années 2010, comptent d’importantes parties prenantes, notamment des fonds de pension ainsi que des entités semi-privées et affiliées à l’État. La production excédentaire de méthanol dans ces produits pétrochimiques, qui dépasse de 14 fois les besoins du pays, peut être vendue de manière lucrative au gouvernement Raïssi sous forme d’essence.

De plus, l’essence de raffinerie, dont les exportations ont été complètement interrompues l’année dernière, peut être réintroduite sur le marché d’exportation. Cependant, étant donné le scepticisme de la plupart des pays, y compris l’Afghanistan voisin, à l’égard du carburant exporté par le régime, il est probable que la population iranienne supportera le poids des décisions politiques néfastes du régime des mollahs.