jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceDes personnalités arabes et musulmanes condamnent l'image erronée de l'Islam du régime...

Des personnalités arabes et musulmanes condamnent l’image erronée de l’Islam du régime des mollahs

Des personnalités politiques et religieuses de divers pays arabes et musulmans condamnent l’image erronée de l’Islam que donne le régime des mollahs

Carrousel du Louvre, Paris 4 septembre 2010

Déclaration du Comité arabo-islamique en défense de la Cité d’Achraf
Ramadan 1341-2010

A l’invitation du Comité arabo-islamique en défense de la Cité d’Achraf, une grande conférence intitulée « l’islam, opposé à l’intégrisme et la dictature, défend la souveraineté populaire », s’est tenue pour la dernière semaine du Ramadan, le samedi 4 septembre, au Carrousel du Louvre à Paris. L’événement a été l’occasion d’accueillir plus d’un millier de personnalités politiques, parlementaires, sociales et religieuses de 12 pays arabes et musulmans, notamment d’Irak, d’Egypte, de Palestine, d’Afghanistan, du Koweït, du Yémen, de Jordanie, d’Algérie, de Mauritanie, du Sénégal, du Liban, du Maroc, ainsi que des représentants de la communauté musulmane de France.

L’oratrice principale de la soirée était Maryam Radjavi, présidente élue de la résistance iranienne. Ont également pris la parole : Jean-François Legaret, maire du 1er arrondissement de Paris, Cheikh Teissir at-Tamimi ancien juge suprême Palestinien, Cheikh Khalil Merroun, recteur de la mosquée d’Evry, membre du Conseil exécutif du CFCM, Abderrahmane Dahmane, président du Conseil des démocrates musulmans de France, Abdoulatifou Aly, député de Mayotte, Bariza Khiari, sénatrice de Paris, Alima Boumediene, sénatrice de Paris, une délégation parlementaire égyptienne, M. Idriss El-Sadraoui président du centre des droits de l’Homme du Maroc, M. Ibrahim El-Maaroufi représentant du Mouvement populaire marocain à Paris, le  Dr. Minas El-Youssefi président du parti démocrate chrétien d’Irak, Dr. Nouredine El-Moussavi secrétaire général du Front national irakien, M. Reza Al-Reza président de la délégation chiite jaafari irakienne, l’ayatollah Mohamed-Ali  Al-Hosseini, président du Conseil arabo-islamique du Liban, Ili Maalouf, président du Parti des Nouveaux Libanais, Ahmed Cheikh Hidra, membre du CFCM, Mohamed Mestiri, directeur en France  de l’institut international de la pensée islamique, Cheikh Dhaou Meskine, secrétaire général du Conseil des Imams de France et M. Mouloud Aounit président du MRAP.

Dans son intervention portant sur « L’Islam, opposé au Velayat-e-Faghih, défend la souveraineté populaire et la démocratie »,  Mme Radjavi a souligné en évoquant trente années d’oppression du peuple iranien par le régime des mollahs, que la doctrine du Velayat-e-Faghih (suprématie du guide religieux), qui n’a aucun fondement en Islam et qui est récusée par les oulémas chiites et sunnites, est uniquement un instrument pour s’emparer du pouvoir et le préserver. A l’appui de versets du Coran et de la tradition du Prophète, elle a déclaré que contrairement à ce que disent les intégristes et particulièrement les dirigeants de Téhéran, l’Islam reconnait la souveraineté comme le droit le plus naturel et le plus essentiel du peuple et respecte profondément les droits issus de cette souveraineté. La liberté d’opinion et d’expression, de choix et de suffrage du peuple, sont des valeurs inaliénables sur lesquelles le Coran insiste à maintes reprises. Les châtiments que les intégristes, en particulier en Iran, impose au peuple au nom des lois islamiques, et qui sont chargés d’inégalité, de misogynie, de discrimination religieuse et de violations des droits humains, n’ont aucun rapport avec l’Islam.

Rendant hommage aux points de vue de Mme Radjavi et à la déclaration de soutien égyptienne, la conférence souligne les points suivants :

1- L’intégrisme et le Velayat-e-Faghih donne au monde une image erronée de l’Islam qui n’a aucun rapport  avec l’esprit de tolérance et de miséricorde de l’Islam. Elle condamne vigoureusement les mesures répressives et criminelles prises sous le couvert de l’Islam, notamment l’exécution des opposants sous l’accusation de Mohareb (ennemi de Dieu).

2- La conférence insiste sur la nécessité de protéger la vie des résidents d’Achraf, ces femmes et ces hommes musulmans opposés à l’intégrisme, menacés par le régime iranien et ses agents en Irak. Elle insiste également sur le respect de leur statut de « personnes protégées » par la 4e convention de Genève. Elle demande à l’ONU d’installer à Achraf son équipe d’observateurs.

3- En tant que forces qui, durant l’attaque contre l’Irak, ont désarmé les résidents d’Achraf pour se charger en échange de leur protection, les Etats-Unis sont responsable de tout événement qui pourrait arriver au 3400 Achrafiens. A cet égard, la conférence demande l’installation des forces américaines à l’intérieur d’Achraf pour garantir la protection des résidents et assurer la protection de l’équipe d’observation de la MANUI.

4- La conférence souligne qu’après l’arrêt de justice de la cour de Washington qualifiant d’illégale l’inscription de l’OMPI sur la liste du terrorisme du Département d’Etat, il n’existe plus de prétexte pour maintenir cette injustice. Cette inscription a porté le plus grand coup non seulement à l’OMPI et au peuple iranien, mais aussi à tous les musulmans anti-intégristes. Alors que les Moudjahidine du peuple constituent une force d’avant-garde et organisée prônant l’islam tolérant et démocratique, les taxer de terrorisme équivaut à apporter la plus grande aide au véritable terrorisme, aux courants intégristes et aux régimes terroristes comme celui au pouvoir en Iran. C’est aussi une insulte à tous les musulmans. Les Moudjahidine d’Achraf, sont à nos yeux un modèle de tolérance, de démocratie, et d’interprétation authentique de l’Islam.

5- La conférence demande aux pays arabes et islamiques d’intervenir de toute urgence pour mettre fin au blocus d’Achraf, et de rappeler au gouvernement irakien ses obligations de respect des droits des résidents d’Achraf.

——————— 
Le Comité arabo-islamique en défense de la Cité d’Achraf en Irak, où vivent 3400 membres du mouvement d’opposition iranien les Moudjahidine du peuple d’Iran, a été fondé en 2009. Il est présidé par M. Sid Ahmed Ghozali, ancien Premier ministre algérien.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe