jeudi, juin 20, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeBolton : Obama « paralysé » dans la résolution de la crise...

Bolton : Obama « paralysé » dans la résolution de la crise syrienne

Par Martin Gould
News max –  30 avril 2012 – Le Président Barack Obama est « paralysé » de peur lorsqu’on en vient à faire quoi que ce soit pour mettre un terme aux hostilités en Syrie, a écrit lundi l’ancien Ambassadeur aux Nations Unies John Bolton.
La Chine et la Russie n’autoriseront jamais les sanctions de l’ONU à avoir un effet, a déclaré Bolton, et le président n’a pas de plan de secours pour traiter efficacement avec le régime de Damas et ses alliés en Iran, ajoute-t-il.

« Le véritable échec de M. Obama n’est pas lié à l’encombrante et inefficace ONU, mais à sa réticence à affronter l’Iran, lequel est déterminé à maintenir Assad au pouvoir. », a écrit Bolton dans un éditorial du Wall Street Journal.
« M. Obama sait que s’il affronte l’Iran directement en Syrie, toute chance disparaîtra d’un accord de négociations sur la quête d’armes nucléaires de l’Iran. Alors qu’il aurait dû comprendre depuis longtemps que la diplomatie ne convaincra jamais l’Iran de renoncer à son objectif de devenir une puissance nucléaire, il n’a pas compris. »

« En dépit du rôle évident de l’Iran (soutenu par la Russie et la Chine) en défendant la brutalité d’Assad, le président ne se décide pas à admettre l’inutilité de la politique iranienne. Et M. Obama est complètement réticent à risquer des aventures étrangères qui puissent mettre en péril sa réélection. »
Bolton, un conseiller du candidat présidentiel républicain Mitt Romney, a affirmé que la seule manière de mettre un terme à la brutalité en Syrie réside dans un changement à la Maison Blanche.
« Le Président Obama semble paralysé pour deux raisons fondamentales. », a-t-il écrit. « Premièrement, il est engagé dans un processus de l’ONU presque certainement voué à l’échec ; et deuxièmement, il craint de s’en prendre au véritable ennemi en Syrie, à savoir les ayatollahs de l’Iran. »

Il a déclaré que les États-Unis doivent aller au-delà des sanctions et de la diplomatie, vers un changement de régime à Téhéran. « M. Obama semble incapable ou réticent à comprendre que l’Iran est un ennemi des États-Unis et que ses ambitions nucléaires et régionalement hégémoniques doivent être contrecarrées, ou les ayatollahs renversés. »
« Un tel dirigeant instable ne peut pas efficacement prendre en main un affrontement crucial. Malheureusement, nous devrons peut-être attendre un président plus résolu plutôt que d’agir et d’échouer en Syrie avec un président faible. »