vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMaryam Radjavi : le changement de régime en Iran est nécessaire et...

Maryam Radjavi : le changement de régime en Iran est nécessaire et à portée de main Une alternative démocratique efficace existe – Vidéo

Grand rassemblement de la résistance – n ° 3

Grand rassemblement annuel de la Résistance iranienne à Paris

Maryam Radjavi : le changement de régime en Iran est nécessaire et à portée de main Une alternative démocratique efficace existe
Le Corps des gardiens de la révolution doit être placé sur la liste noire, les mollahs doivent être isolés par la communauté internationale, les sièges de l’Iran doivent être remis à la Résistance iranienne

« La seule solution pour libérer le peuple iranien et instaurer la paix et la tranquillité dans la région, c’est le renversement du régime du Guide suprême en Iran », a déclaré Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, lors du grand rassemblement des Iraniens le 1er juillet 2017 à Villepinte (Paris-Nord).

« Le renversement du régime est possible et à portée de main, a-t-elle insisté. Il existe une alternative démocratique et une résistance organisée qui peut le renverser. »

« Contrairement à la propagande du régime, a-t-elle poursuivi, la plus grande menace pour le régime n’est pas un ennemi extérieur, mais les révoltes qui le guettent au sein de la société iranienne et les protestations croissantes qui, selon les déclarations des autorités du régime, ont atteint 11.000 cas durant l’année écoulée ».

« Dès son arrivée, ce régime a déclenché la guerre contre le peuple iranien et tous ses conflits extérieurs servent à couvrir cette bataille-là, qui est la principale. Mais ces guerres ne traduisent pas la force du régime, elles existent parce qu’aucun Etat ne s’est opposé à sa belligérance dans la région. »

Mme Radjavi a ajouté: « Craignant une répétition de l’insurrection de 2009, Khamenei a dû faire marche arrière dans le plan qu’il avait monté pour l’élection présidentielle dans le but de sortir des urnes le nom de Raïssi, le bourreau en charge du massacre de 1988. C’était une défaite pour la totalité du régime. Que Rohani ait obtenu un second mandat, ne change rien à cette impasse. Le régime n’est pas capable de se réformer parce que les soi-disant réformistes ont été au pouvoir durant plus de la moitié de l’existence de ce régime et n’ont fait que servir le Guide suprême. Ce régime ne peut pas être maitrisé, car plus de trois décennies de concessions faites par l’Occident n’ont entraîné aucun changement dans ce système. »

Maryam Rajavi paying tribute to the Resistance’s martyrs at the FreeIran Gathering

Pour Maryam Radjavi, l’existence d’une force de changement et d’une alternative démocratique garantit le renversement du régime et l’avènement de la liberté en Iran. Cette force s’appuie sur un mouvement organisé et uni, fort de milliers de membres d’avant-garde dévoués. Elle s’appuie sur le soutien sincère, y compris financier, des Iraniens de l’intérieur et de la diaspora. C’est avec le labeur et les risques acceptés par ses membres, que la Résistance a pu révéler l’existence les sites nucléaires secrets du régime.

Cette alternative dont 120.000 membres et sympathisants ont été exécutés par ce régime et qui cherche à établir la liberté et la démocratie, est une réponse appropriée aux divisions entre les diverses minorités ethniques en Iran et aux divisions entre les chiites et les sunnites. Il favorise la liberté et l’égalité pour les adeptes de toutes les religions et répond aux tensions entre l’Iran et les pays de la région.

Maryam Radjavi a souligné la foi inébranlable de la Résistance iranienne dans le libre-choix du peuple, la séparation de la religion et de l’Etat, la participation active et égale des femmes à la direction politique et l’autonomie des minorités ethniques dans le cadre de l’unité nationale. Elle a ajouté: « Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, nous ne voulons ni armes ni argent. Nous vous demandons de reconnaître le droit du peuple iranien à renverser la dictature religieuse des mollahs.”

Elle s’est félicitée des positions prises lors du sommet arabo-islamique et américain de Riyad contre le régime iranien et a déclaré : « la solution à la crise au Moyen-Orient et à la lutte contre les groupes comme Daech se trouve dans le renversement du régime des mollahs par le peuple iranien et sa Résistance. »

Elle a exhorté les Nations Unies, l’Union européenne, les États-Unis et les pays de la région à : Reconnaitre la Résistance du peuple iranien pour le renversement de la tyrannie religieuse ;
Expulser ce régime de l’ONU et de l’Organisation de la coopération islamique et remettre les sièges de l’Iran à la Résistance du peuple iranien ;

Inscrire le Corps des gardiens de la révolution sur la liste des organisations terroristes et le chasser de toute la région ;

Trainer en justice Khamenei et les autres dirigeants de ce régime pour leurs violations des droits humains et leurs crimes contre l’humanité, en particulier pour le massacre des prisonniers politiques en 1988,

et pour leurs crimes de guerre dans la région.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 1er juillet 2017

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe