mercredi, février 21, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafMaryam Radjavi écrit au président américain sur la protection des résidents d'Achraf...

Maryam Radjavi écrit au président américain sur la protection des résidents d’Achraf en Irak

 Suite à de nouvelles restrictions imposées aux résidents d’Achraf, Mme Radjavi a écrit au président des Etats-Unis  pour souligner les responsabilités des forces américaines à l'égard de la protection des résidents d'Achraf

CNRI – A la suite de nouvelles restrictions inhumaines imposées aux résidents de la Cité d’Achraf (dans la province de Diyala en Irak), qui sont membres de l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), Mme Maryam Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne, a adressé une lettre au Président des Etats-Unis dans laquelle elle qualifie ces mesures de conspiration de la dictature religieuse. Elle estime que ce sont les déclarations du guide suprême du régime iranien Ali Khamenei lors de sa rencontre le 28 février avec le Président irakien qui ont déclenché les restrictions.

Khamenei a rappelé au président irakien sur un ton d’exigence que «l'accord concernant l'expulsion des Moudjahidine d'Irak … doit être mis en œuvre et nous attendons qu’il le soit. »

Par la suite, dans la première semaine de mars, l'ancien président du régime et chef du Conseil de discernement des intérêts de l’Etat, Akbar Hachemi Rafsandjani, lors d'une visite en Irak, a exigé que l’OMPI soit expulsé d'Irak et que la Cité d’Achraf soit fermée.

Mme Radjavi a souligné que les mesures adoptées par les forces irakiennes pouvaient conduire à une catastrophe humaine. La responsabilité de protéger les résidents d’Achraf, a-t-elle dit, incombe aux forces américaines.

Mme Radjavi a rappelé que la protection des résidents d'Achraf découlait des obligations internationales des États-Unis et était basée sur l'accord passé entre les résidents d’Achraf et les Etats-Unis. Compte tenu de la dégradation de la manière dont les résidents d’Achraf étaient traités par les forces irakiennes, elle a demandé que la protection d’Achraf revienne à ce qui était en place avant janvier 2009, à savoir que l'armée américaine soit chargée de la protection d’Achraf.
     
Dans une mesure sans précédent, le 13 mars, les forces irakiennes ont encerclé un des bâtiments d’Achraf et fait usage de la force et de tactiques d'intimidation pour tenter d'évacuer des centaines de résidents de l'immeuble, pour la plupart des femmes. Les soldats irakiens ont dit que le conseiller à la sécurité nationale irakienne Movaffagh Al-Roba’i avait ordonné que les forces irakiennes occupent l'immeuble, dont une grande partie abrite un dortoir de femmes. L'installation, construite dans sa totalité avec les ressources humaines et financières des résidents d'Achraf, reste encerclée.

De plus, depuis le 12 mars, les forces irakiennes ont empêché toute marchandise et tout carburant d’entrer à Achraf et ont refoulé les camions transportant produits et équipements divers. M. Al-Roba’i a ordonné que rien, mis à part des produits alimentaires, ne soit autorisés à entrer Achraf. En outre, 150 travailleurs irakiens, dont six personnes qui fournissent Achraf en matériels et équipements et sept camions transportant les produits de base ont été empêchés d’entrer à Achraf. Ces ouvriers travaillent dans la Cité depuis de nombreuses années.

L'interdiction faite aux familles de rendre visite à leurs proches à Achraf reste en vigueur et elles sont confrontées à de graves restrictions pour les voir, même en dehors du camp. Les forces irakiennes ne permettent aux résident que de rencontrer leurs plus proches parents durant un délai très bref. Les cartes d'identité des familles, les téléphones et autres effets personnels sont saisis jusqu'à leur départ.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 15 mars 2009