samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsRéaction effrontée du régime iranien à l'ambassadeur allemand

Réaction effrontée du régime iranien à l’ambassadeur allemand

Un partisan des manifestations du CNRI contre l’exécution de Navid Afkari – Berlin

Le régime iranien a convoqué et mis en garde M. Hans Udo-Muzel, ambassadeur d’Allemagne en Iran, pour sa condamnation de l’exécution du champion de lutte iranien Navid Afkari.

L’agence de presse officielle IRNA a rapporté lundi que l’ambassadeur d’Allemagne avait été convoqué par le directeur général des affaires européennes du ministère des Affaires étrangères du régime des mollahs.

L’échec de la communauté internationale à tenir le régime iranien responsable de ses violations croissantes des droits de l’homme et de la répression de toute voix d’opposition est interprété par le régime des mollahs comme un feu vert pour poursuivre sa frénésie meurtrière. L’exécution de Navid Afkari, qui a eu lieu malgré les protestations internationales, indique que les mollahs ont besoin d’exécuter pour assurer leur survie. Cela démontre combien l’attitude ignorant les violations des droits humains en Iran a encouragé le régime.

« Selon IRNA, des rapports de la Direction générale de l’information et porte-parole du ministère des Affaires étrangères, le directeur général des affaires européennes du ministère des Affaires étrangères a considéré l’action illégale de l’ambassade d’Allemagne à Téhéran comme une ingérence dans les affaires intérieures de notre pays et l’a fermement condamné. Le directeur général des affaires européennes a déclaré que l’ingérence dans les lois, règlements et procédures judiciaires de la République indépendante d’Iran n’est en aucune façon acceptable et tolérable, et l’ambassade allemande devrait reconnaître les limites de ses devoirs diplomatiques et non allez au-delà. L’ambassadeur d’Allemagne a déclaré qu’il refléterait cette question dans son pays », lit-on dans le rapport de l’IRNA.

Cette action montre comment la politique d’apaisement des pays européens à l’égard du régime a encouragé les mollahs à agir avec une totale effronterie. Le régime clérical dit à l’ambassadeur allemand qu’il ne tolérerait pas la moindre critique de l’exécution brutale de Navid Afkari, mais la question est de savoir comment l’Europe et l’Allemagne ont enduré et toléré plus de quarante ans d’atrocités de la part du régime.

En été 1988, le régime iranien a exécuté plus de 30 000 prisonniers politiques. Quelque 32 ans plus tard, malgré des milliers d’éléments de preuve indéniables et des témoignages de survivants de ce crime odieux, la communauté internationale n’a pas encore tenu le régime pour responsable de ce crime contre l’humanité.

Cette inaction a donné au régime l’impunité pour ses crimes. Le massacre de 1 500 manifestations lors des principales manifestations en Iran en novembre, et maintenant l’exécution de Navid Afkari, montre comment les mollahs ont profité de cette impunité pour maintenir leur emprise sur le pouvoir en opprimant le peuple iranien.

À cet égard, M. Mohammad Mohaddessin, président de la commission des affaires étrangères du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), a déclaré : « Le régime iranien a exécuté Navid Afkari sans en informer sa mère et l’a privée d’une dernière rencontre avec son fils ! Ils veulent maintenant l’enterrer secrètement et essayer en vain d’échapper à la fureur du peuple. Ils entendront bientôt des manifestations à Téhéran ! Les mollahs n’ont plus le temps et n’ont nulle part où aller. À la chancelière Merkel, au président français Emmanuel Macron, au Premier ministre britannique Boris Johnson : Si l’Europe avait condamné la condamnation à mort de Navid, il serait peut-être en vie aujourd’hui. Le peuple iranien attend des mesures fortes. Ne sacrifiez pas les droits de l’homme au nom du commerce avec un régime qui s’effondre. »

Comme l’a dit la présidente élue du CNRI, Mme Maryam Radjavi, après l’exécution de Navid: «Le fascisme religieux au pouvoir en Iran ne peut pas survivre un jour sans exécutions, torture et répression intérieure. En versant le sang de jeunes comme Navid Afkari, les mollahs cherchent à maintenir leur emprise sur le pouvoir face aux manifestations iraniennes. Le Conseil de sécurité des Nations Unies et ses États membres, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, l’Union européenne et toutes les autorités internationales des droits de l’homme doivent prendre des mesures pratiques et efficaces contre le régime iranien pour l’exécution de Navid Afkari et 120 000 autres exécutés pour des motifs politiques. Le silence et l’inaction donnent le feu vert et sont interprétés comme une complicité dans ces crimes. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe