mercredi, février 8, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élue30.000 appellent Iraniens l’UE à respecter le verdict de la Cour européenne...

30.000 appellent Iraniens l’UE à respecter le verdict de la Cour européenne de justice

Maryam Radjavi: "La violation du jugement de la Cour est une incroyable infraction à la loi et une répression de la justice."

Durant le sommet des chefs d’Etat de l’UE à Bruxelles, 30.000 Iraniens en exil ont condamné vigoureusement le mépris affiché du Conseil des Ministres de l’UE pour un jugement du Tribunal de Première Instance des Communautés européennes annulant l’inscription de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) sur la liste du terrorisme de l’UE.  Ils ont appelé les chefs d’Etat à respecter l’arrêt de justice.

Maryam Radjavi: "La violation du jugement de la Cour est une incroyable infraction à la loi et une répression de la justice."

Durant le sommet des chefs d’Etat de l’UE à Bruxelles, 30.000 Iraniens en exil ont condamné vigoureusement le mépris affiché du Conseil des Ministres de l’UE pour un jugement du Tribunal de Première Instance des Communautés européennes annulant l’inscription de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) sur la liste du terrorisme de l’UE.  Ils ont appelé les chefs d’Etat à respecter l’arrêt de justice.

Lors de ce rassemblement des partisans de la Résistance iranienne et de l’OMPI, les manifestants ont estimé que les efforts pour maintenir l’OMPI sur la liste du terrorisme  s’inscrivaient dans la politique honteuse de complaisance avec le régime moyenâgeux au pouvoir en Iran.

Des dizaines de parlementaires venus de divers pays d’Europe ont exprimé leur solidarité avec la population iranienne et sa Résistance en se joignant à la manifestation. Dans une conférence avant la manifestation, les élus ont présenté une déclaration signée par 1000 parlementaires de 23 pays européens condamnant le Conseil des ministres de l’UE pour n’avoir pas respecté la loi.

Dans leur déclaration, les parlementaires soulignent que tant que la dictature religieuse et terroriste au pouvoir en Iran menace la paix et la sécurité dans la région et dans le monde avec sa course aux armes nucléaires, son ingérence croissante en Irak et son bellicisme au Liban, l’attitude adoptée par l’UE revient dans la pratique à participer à la répression de l’opposition iranienne en empêchant un changement en Iran. Ils ont aussi qualifié l’attitude de l’UE de feu vert au développement de l’intégrisme et du terrorisme et d’occasion donnée aux mollahs pour acquérir des armes nucléaires, ce qui a malheureusement plongé la région et le monde dans une crise dangereuse avec une guerre dévastatrice en perspective. 

Ils ont rappelé que la décision du Conseil des ministres de l’UE, non seulement se moquait de l’état de droit mais piétinait aussi l’ensemble des valeurs et des principes sur lesquels l’Europe est fondée.

Dans un discours prononcé devant les manifestants, Maryam Radjavi, présidente de la République élue du Conseil national de la Résistance iranienne, a déclaré : "Le jugement de la Cour européenne de Justice confirme la légitimité de la lutte de la population iranienne et représente une victoire par tous les Iraniens. Le mépris affiché par l’UE à l’égard de ce jugement est un acte d’hostilité ouverte contre une nation qui aspire à la liberté. C’est une incroyable violation de la loi, une dérision des droits de l’homme et une répression de la justice."

"Nous offrons à la communauté internationale, aux Etats-Unis et à l’Europe, un Iran dénucléarisé dans la paix et la sécurité, respectueux de la démocratie et des droits de l’homme, stable et constructif, dans l’amitié et la coexistence avec un développement économique. Un pays qui respectera le droit international et les conventions internationales. Il ne s’agit pas seulement d’un idéal pour nous et notre population, mais aussi un besoin  urgent",  a ajouté Mme Radjavi.

A la fin de la manifestation, une délégation de parlementaires et de personnalités politiques a rencontré des autorités au siège de l’Union européenne pour leur présenter les demandes des manifestants. 
 
Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 8 mars 2006