mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceMme Zorica Maric-Djordjević : L'ONU doit s'engager dans la lutte contre l'impunité...

Mme Zorica Maric-Djordjević : L’ONU doit s’engager dans la lutte contre l’impunité persistante en Iran

Mme Zorica Maric-Djordjević : L'ONU doit s'engager dans la lutte contre l'impunité persistante en Iran

Lors d’une conférence internationale qui s’est tenue au siège du CNRI le 3 juillet, l’ambassadrice Zorica Maric-Djordjević, représentante spéciale du Monténégro auprès du Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies et ancienne chef de la mission permanente du Monténégro auprès de l’Organisation mondiale du commerce, a prononcé un discours percutant sur le massacre de 1988 en Iran et sur l’urgente nécessité de rendre des comptes.

Elle a exprimé ses condoléances aux victimes et aux survivants et a souligné le manque de légitimité du régime iranien, tant au niveau national qu’international. L’ambassadeur Maric-Djordjević a salué la décision de la Cour suédoise sur l’affaire Hamid Noury en vertu de la compétence universelle.

Elle a également souligné la nécessité d’une commission d’enquête internationale indépendante pour clarifier le sort des personnes disparues en Iran et a exhorté le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU à prendre des mesures contre les violations des Droits de l’Homme commises par le régime.

Voici l’intégral du discours complet de l’Amb. Zorica Maric-Djordjević :

Merci beaucoup. Merci beaucoup. Et permettez-moi d’abord de remercier la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, Mme Maryam Radjavi.

Les survivants des poursuites violentes, les familles et les amis des victimes du massacre de 1988, leurs témoignages qui donnent à réfléchir nous ont tous émus aujourd’hui. Je tiens à saluer le public distingué, les militants et les journalistes, mes chers amis et collègues du Conseil des Droits de l’Homme et d’autres horizons. Je salue de tout cœur ceux qui suivent cette conférence à l’étranger, en particulier les courageux Iraniens d’Albanie, pays limitrophe du Monténégro, mon pays d’origine. Ditmir à vous tous en Albanie.

Je tiens à exprimer ma sympathie, mes condoléances et mes sentiments les plus sincères à l’égard de ces 30 000 vies disparues. En tant que fille d’un prisonnier politique de l’ex-Yougoslavie, je suis très émue aujourd’hui et je suis sûre que mon père, qui a eu la chance de revenir après quatre ans et de mourir entouré d’amour et de sa famille, marche, marche aujourd’hui avec ces 30 000 victimes et plus qui portent la lumière de l’espoir pour l’avenir de l’Iran.

Nous sommes à la veille du 35e anniversaire ou de la commémoration du massacre de 1988 et de l’impunité continue du régime en Iran.

Chers amis, comme la présidente Radjavi l’a mentionné il y a de nombreuses années, il est impossible de briser le sceau de l’impunité de la tyrannie religieuse sans changer le régime de Téhéran. 43 ans après sa création, la République islamique d’Iran manque de légitimité auprès des Iraniens dans leur pays et sur la scène internationale.

Le peuple n’a pas choisi ses dirigeants par le biais d’élections libres et équitables. Les autorités n’étant ni transparentes, ni responsables, ni compétentes, l’Iran est confronté à un niveau élevé de corruption et de violation des Droits de l’Homme, d’une part, et à un système incapable d’assurer le strict minimum à sa population, d’autre part.

Sur le plan international, la République islamique d’Iran est considérée comme une menace pour la stabilité régionale et la paix mondiale, et ses dirigeants sont confrontés à l’isolement et aux sanctions. Le principal État soutenant le terrorisme dans le monde a été un partenaire politique, diplomatique et commercial avide et ingrat. À la lumière de certaines politiques de complaisance, Téhéran a mené des dizaines d’attaques terroristes en Europe et a continué à financer des groupes militants au Moyen-Orient, menaçant non seulement les valeurs occidentales, mais aussi la déclaration universelle des Droits de l’Homme et tout ce que l’humanité représente.

Appelons de cette tribune le régime de Téhéran à abroger la Fatwa, car il opère toujours sous cette règle, à abroger la Fatwa et à libérer tous les prisonniers politiques. Appelons le secrétaire général des Nations unies et le haut-commissaire du Conseil des Droits de l’Homme à demander au régime de Téhéran d’abroger la fatwa et de libérer tous les prisonniers politiques sans délai.

Chers amis, plus de la moitié des citoyens iraniens actuels n’étaient pas nés, n’étaient pas en vie au moment de la révolution de 1979 et beaucoup n’étaient pas nés au moment du massacre de 1988.

À l’aube de la cinquième décennie au pouvoir du régime barbare et brutal de Téhéran, la communauté internationale est confrontée à une période difficile. Comment soutenir et transmettre les engagements de la Déclaration des Droits de l’Homme des Nations unies, à l’occasion du 75e anniversaire de cette déclaration, à cette nouvelle génération d’Iraniens en pleine ascension qui réclament des comptes et des changements dans le pays ?

Les voies nationales de responsabilisation restent faibles et inefficaces, notamment en ce qui concerne les violations passées et présentes dans le contexte des récentes manifestations. Bien que des enquêtes aient été menées sur de nombreux incidents, la plupart d’entre elles ont abouti à des résultats peu concluants et confus, et très peu d’entre elles ont conduit à l’établissement de la responsabilité des auteurs présumés.

Malgré les nombreux efforts déployés par les défenseurs des Droits de l’Homme et les organisations de la société civile pour documenter ces crimes et plaider en faveur de la responsabilisation des auteurs de ces crimes, de la justice et de la vérité pour les victimes, le régime des mollahs n’a jamais reconnu les faits, ni admis son implication dans le massacre de 1988, ni dans aucun des meurtres violents et des exécutions barbares perpétrés par les mollahs.

De nombreux auteurs sont restés à des postes élevés du pouvoir aujourd’hui et aucun procès n’a eu lieu en Iran. Certains d’entre eux ont non seulement été poursuivis pour leurs crimes, mais ont même été glorifiés en tant que héros nationaux ayant lutté contre le terrorisme.

Le seul succès a été la condamnation par un tribunal suédois, en mai 2022, de l’ancien responsable iranien Hamid Noury à la prison à vie pour des crimes liés aux massacres de 1988, en vertu du principe de la compétence universelle. Félicitations encore à l’avocat Kenneth Lewis qui a vraiment expliqué et développé le type de processus unique et fructueux dont il s’agissait.

Lors de la récente manifestation annuelle de l’opposition démocratique iranienne à l’occasion de la Journée internationale de la femme pour 2023, Mme Radjavi a déclaré que ce n’était pas seulement le droit des femmes à se voiler ou à ne pas se voiler qui était remis en question, mais le droit des femmes à faire des choix concernant leur vie personnelle, le droit des femmes à pouvoir choisir leurs dirigeants et j’ajouterais ici aujourd’hui, le droit des femmes à être les dirigeantes de l’Iran de demain.

Mesdames et Messieurs, mon discours était plein de responsabilités, de mécanismes, judiciaires, non judiciaires, de toutes sortes de recommandations et d’évaluations des différentes déclarations et conclusions des rapporteurs du Conseil des Droits de l’Homme, mais permettez-moi de terminer en disant que le 30 août est la journée internationale des victimes de disparitions forcées.

Dans deux mois, nous aurons donc une journée importante pour nous souvenir de tous ceux qui ont disparu, qui ont été privés des possibilités et du plein potentiel de la vie humaine. Plus qu’une violation des Droits de l’Homme à l’encontre d’un individu, la disparition forcée a souvent été utilisée pour répandre la terreur au sein de la société, et c’est ce qui se passe en Iran. Des centaines de milliers de personnes ont disparu au cours de conflits ou de périodes de répression dans au moins 85 pays dans le monde, et l’Iran figure au premier rang de cette liste.

Nous voulons remédier à cette situation. Nous voulons que l’Iran permette à tous les citoyens de gérer leur vie quotidienne et leur bien-être et qu’ils puissent réaliser tout le potentiel de leur vie et de leurs talents.

Envoyons un message uni de cette table au Haut Commissaire aux Droits de l’Homme à l’occasion du 30 août, journée internationale des victimes de disparitions forcées. Il est grand temps de créer cette institution tant attendue, la Commission d’enquête internationale indépendante, dotée d’un mandat international pour faire la lumière sur le sort et le lieu de détention des personnes disparues lors du massacre de 1988 en Iran et de toutes les personnes disparues lors des massacres et des tortures perpétrés ces jours-ci dans le pays.

L’établissement de la vérité est essentiel pour que les victimes, les survivants, les familles et la société puissent aller de l’avant. Pas plus tard que le 19 juin, l’expert syrien auprès des Nations unies a exhorté l’Assemblée générale à mettre en place un organe de défense des Droits de l’Homme afin d’aborder de manière significative la tragédie des personnes disparues de force en Syrie après 12 ans.

Le massacre perpétré par l’Iran en 1988 et sa violation persistante des lois applicables méritent une action similaire de la part des Nations unies. Le prochain rapport oral de la mission d’enquête sur l’Iran ne doit être qu’une étape vers un mécanisme de responsabilité plus solide. Le Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies ne doit pas rester silencieux et doit s’attaquer à l’impunité persistante en Iran et dans n’importe quel État ou gouvernement, à n’importe quel moment.

Je vous remercie du fond du coeur. Je vous remercie.