mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLa députée bruxelloise Aït-Baala : Le peuple iranien rejette la dictature et...

La députée bruxelloise Aït-Baala : Le peuple iranien rejette la dictature et aspire à la démocratie

Le député bruxellois Aït-Baala : Le peuple iranien rejette la dictature et aspire à la démocratie

« Le peuple iranien rejette aujourd’hui cette dictature et aspire évidemment et légitimement à une république, une république démocratique, une république laïque », a déclaré Mme Latifa Aït-Baala, membre du Parlement bruxellois, lors d’un grand rassemblement organisé le 20 mars à Bruxelles en solidarité avec le soulèvement du peuple iranien. Mme Aït-Baala a également souligné la nécessité pour l’Union européenne d’inscrire les gardiens de la révolution du régime (pasdaran) sur une liste noire.

Vous trouverez ci-dessous la traduction du discours de Mme Aït-Baala, revue et corrigée pour plus de clarté.

Chers amis réunis aujourd’hui dans ce lieu symbolique qui porte le nom d’un ancien commissaire européen belge, libéral de surcroît. Je suis ému.

Alors nous savons qu’aujourd’hui, malheureusement, cette liberté qui nous rassemble tous est confisquée pour le peuple d’Iran, pour ces personnes que vous êtes ici aujourd’hui, en particulier, confisquée par le régime des mollahs. Nous sommes réunis pour revendiquer cette liberté. C’est aussi le sens de mon engagement à vos côtés. Depuis de nombreuses années, et au plus tard le 4 mars, j’ai eu l’immense chance de rencontrer des femmes et des hommes particulièrement mobilisés à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. A cette occasion, j’ai été très heureux de pouvoir rencontrer et m’entretenir avec Mme Maryam Radjavi, qui est une grande source [d’inspiration].

Maryam Radjavi est une dirigeante infatigable du principal mouvement d’opposition aux mollahs depuis au moins quatre décennies. Et nous savons combien il est difficile pour les femmes d’être des leaders politiques, en particulier dans les pays où, malheureusement, l’islamisme politique a manifestement pris le dessus. Et je dois reconnaître que le courage de Mme Radjavi, sa détermination, est aussi aujourd’hui une force d’inspiration pour le mouvement de protestation en Iran, derrière lequel de nombreuses femmes se rassemblent aujourd’hui. Et aujourd’hui, nous voyons ces femmes qui sont fondamentalement les leaders des Unités de Résistance du pays. Et bien sûr, il faut les saluer, les encourager et les applaudir.

Aujourd’hui, le peuple iranien dans le monde entier nous montre à quel point, après ce soulèvement, il est déterminé à continuer à mener le combat. Et malheureusement, après la triste mort de Mahsa Amini, ce peuple aspire aujourd’hui à un changement radical de régime après la dictature du Shah, qu’il a rejetée et qui a ouvert les portes au régime des mollahs.

Le peuple iranien aujourd’hui rejette cette dictature et aspire évidemment et légitimement à une république, une république démocratique, une république laïque. Et c’est bien la raison d’être, surtout aujourd’hui, de ce régime qui, malheureusement ne protège pas sa population, son peuple. Ce régime continue d’être une menace non seulement pour le peuple, mais il est aussi une menace pour la sécurité, tant nationale qu’européenne et, je dirais, même mondiale. Ce régime des mollahs constitue une menace pour la sécurité, que ce soit pour son peuple mais aussi, et malheureusement, il faut le dire, ce régime a aujourd’hui recours à des politiques qui doivent être dénoncées dans le monde entier, notamment parce qu’il y a des exactions commises contre le peuple, mais aussi parce que ce régime participe aussi à des prises d’otages. Malheureusement, un régime a pratiqué le terrorisme en instrumentalisant la diplomatie du pays. Mais heureusement, il y a une prise de conscience.

Heureusement, il y a toute une série de mesures qui, de toute façon, s’imposent. Je l’espère, j’espère être pris en considération à la fois par les Nations unies, mais aussi par l’Union européenne, et ses États membres pour inscrire les Gardiens de la révolution islamique sur la liste européenne des organisations terroristes, comme cela a été demandé récemment dans des résolutions du Parlement européen, mais aussi du Parlement belge parce qu’il y a eu trop de résolutions qui ont été adoptées. Je crois qu’il faut maintenant agir. Je dirais que ce nouvel an iranien voit le printemps iranien dans le sillage de la liberté et de la démocratie en Iran.