mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceL'ancien Premier ministre belge appelle les européens à changer de stratégie concernant...

L’ancien Premier ministre belge appelle les européens à changer de stratégie concernant l’Iran

L'ancien Premier ministre belge appelle les européens à changer de stratégie concernant l'Iran
Guy Verhofstad, ancien Premier ministre belge, faisait partie des invités de marque qui ont participé à une conférence internationale organisée par le Conseil national de la Résistance iranienne à Auvers-sur-Oise, le 22 juin, en présence de la présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi et de plusieurs anciens chef d’Etat et de gouvernement.

M. Verhofstad a déclaré : « Je pense que c’est un très bon moment pour organiser cette conférence, alors que nous avons publié une lettre ouverte le 23 mai, signée par non moins plus de 117 anciens premiers ministres et chefs d’État. C’est la toute première fois que tant de politiciens s’unissent pour appeler à une nouvelle approche radicale envers l’Iran. Et avec cette lettre que nous envoyons aux dirigeants mondiaux d’aujourd’hui, nous leur demandons, en fait, de changer de stratégie et de prendre des mesures décisives contre le régime de Téhéran.

« 300 civils ont été exécutés rien que depuis le début de cette année », a ajouté l’ancien Premier ministre belge, signataire d’une lettre approuvée par 117 dirigeants formés en soutien au soulèvement et à la Résistance du peuple iranien. « Le mois dernier, 142 innocents ont été exécutés en Iran. Cela fait quatre meurtres par jour par le régime. En 2022, près de 600 personnes ont été exécutées en Iran. Les religieux ont le douteux honneur de prétendre qu’ils ont le plus grand nombre d’exécutions au monde après la Chine. C’est la réalité d’aujourd’hui en Iran. Et cela vient s’ajouter aux dizaines de milliers d’exécutions dont le régime devrait être tenu responsable depuis les années 1980. Sans oublier le génocide qui a eu lieu à l’été 1988, où 30 000 hommes et femmes innocents sont morts d’une mort horrible.

Rejetant les négociations avec le régime meurtrier de Téhéran, l’ancien Premier ministre belge a ajouté : « Je pense personnellement que c’est assez inutile car le régime des mollahs excelle à ignorer tout engagement. Ils élargissent encore leurs stocks d’uranium enrichi, tout en approfondissant leur alliance avec d’autres dictatures, avec la Russie, en expédiant des centaines de drones et d’équipements pour la construction de l’usine de drones là-bas. Donc, dans ces circonstances, aucune concession pour un accord nucléaire n’est en fait acceptable et certainement pas ce qui se passe aujourd’hui, notamment en portant préjudice aux personnes vivant à Achraf 3. »

Sur la voie à suivre, M. Verhofstad a déclaré : « Nous devons élargir considérablement la liste des individus et des organisations qui font l’objet de sanctions en Iran aujourd’hui. Il n’y a que 216 individus et 36 organisations sous sanctions de l’Union européenne. Mon but est d’élargir la liste, d’élargir la liste à tous les artisans de la violence avec leurs auteurs et avec leurs complices. Cela concerne donc des milliers de responsables, policiers, juges, gardiens de prison, etc. Il faut s’y attaquer si nous voulons changer quelque chose en Iran. »

« Je pense qu’il est absolument nécessaire que les Gardiens de la révolution iraniens et leurs unités paramilitaires qui sont responsables du terrorisme soient d’urgence mis sur liste noire par l’UE et l’ensemble des 27 États membres en tant qu’organisation terroriste », a ajouté l’ancien Premier ministre belge. « Le peuple iranien et toutes les organisations démocratiques en Iran et en exil ont les connaissances, les compétences, le courage et la détermination de faire de leur pays une démocratie moderne. Et par conséquent, toutes les initiatives telles que le plan en dix points de Mme Radjavi, qui incluent des élections libres, la liberté d’expression, l’abolition de la peine de mort, la séparation de l’Église et de l’État, l’égalité des sexes, méritent notre plein soutien. »

« La meilleure façon de montrer notre soutien au peuple iranien est de préparer l’avenir, un avenir après la période post-mollah, après 40 ans de dévastation économique et de pauvreté croissante. Je pense que ces gens méritent de vivre dans un pays libre, mais aussi d’avoir la possibilité de faire un pays prospère, comme cela a toujours été le cas. Alors, j’espère sincèrement que cette lettre ouverte du 23 mai qui a été adressée aux lecteurs du monde entier pourra être le début d’un changement fondamental de stratégie et d’approche de la communauté internationale et qu’elle pourra être la base d’une liberté retrouvée de l’Iran. »