lundi, mai 20, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceDéclaration sur la rencontre des eurodéputés avec Maryam Radjavi

Déclaration sur la rencontre des eurodéputés avec Maryam Radjavi

Déclaration sur la rencontre des eurodéputés avec Maryam Radjavi

Les Amis d’un Iran libre (FoFI), un groupe interparlementaire au Parlement européen, a publié une déclaration à la suite de sa réunion le 25 janvier qui a porté sur la situation actuelle en Iran et a fait des recommandations politiques aux dirigeants de l’UE, les exhortant notamment à mettre les Gardiens de la Révolution (CGRI) sur la liste des organisations terroristes et de soutenir le peuple iranien et sa Résistance organisée. Maryam Radjavi, la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), y a également participé en ligne et a présenté son analyse de la révolution en cours en Iran. Voici la déclaration de FOFI concernant cet événement :

Bruxelles, le 25 janvier 2023 – L’intergroupe des Amis d’un Iran libre au Parlement européen s’est réuni pour discuter de la situation actuelle en Iran. Mme Maryam Radjavi, présidente du Conseil national de la Résistance iranienne, s’est adressée à la réunion.

Plusieurs députés européens représentant différents groupes politiques ont participé et pris la parole lors de cette réunion présidée par le député européen Petras Austrevicius.

Dans ses remarques, Mme Radjavi a souligné que le désir du peuple iranien pour un changement de régime s’est manifesté par un soulèvement majeur et durable. Pendant de nombreuses années, les défenseurs du régime iranien ainsi que ses alliés ont nié que le peuple iranien exige un changement de régime. Aujourd’hui, cependant, personne ne peut nier que le peuple iranien veut renverser ce régime. Ils veulent vivre dans une société fondée sur la liberté et la démocratie gouvernée par une république fondée sur des valeurs démocratiques.

Mais le fondement essentiel de la politique de l’UE vis-à-vis de l’Iran repose sur le dialogue complaisant avec le régime des mollahs et ignore les exigences du peuple iranien et de sa Résistance. Une telle politique a été préjudiciable non seulement au peuple iranien mais aussi à la sécurité du continent européen.

Mme Radjavi a ajouté que le refus de l’UE de mettre en œuvre la résolution du Parlement européen, notamment en n’ajoutant pas le CGRI (Corps des gardiens de la révolution islamique) à la liste terroriste de l’UE, est une énorme déception pour les manifestants et les défenseurs des droits de l’homme iraniens.

Dans leurs remarques, les députés ont fermement condamné les crimes du régime iranien, en particulier contre les manifestants, et l’exécution de manifestants détenus, et ont exprimé leur soutien à un Iran libre et démocratique. Le peuple iranien a clairement manifesté son opposition à toute forme de dictature, que ce soit celle du Shah ou des mollahs, ont ajouté les eurodéputés.

Ils ont également souligné leur soutien au plan en dix points de Mme Radjavi pour l’avenir de l’Iran, qui repose sur des élections libres, l’égalité des sexes, l’état de droit, l’abolition de la charia et de la peine de mort, l’égalité entre les adeptes de diverses religions et des minorités ethniques, et un Iran non nucléaire.

Tout en exprimant leur indignation face à la non-application de la résolution du PE et à la décision du Conseil de ne pas placer le CGRI sur la liste de surveillance du terrorisme, ils ont exhorté le Conseil à mettre fin à la politique de complaisance et à prendre les mesures spécifiques suivantes :

Désigner immédiatement le CGRI et les fondations et institutions affiliées comme organisations terroristes.

Sanctionner les dirigeants du régime tels qu’Ali Khamenei et Ebrahim Raïssi et demander des comptes aux responsables de la répression et des exécutions en Iran et pour les activités terroristes du régime à l’étranger.

Imposer des mesures restrictives contre l’appareil diplomatique iranien en Europe en raison de son rôle dans le terrorisme.

L’eurodéputé Milan Zver (coprésident des Amis d’un Iran libre)